Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

Voyage humanitaire au Sénégal # 2 #

P1020240

Audrey est une nouvelle chroniqueuse qui a partagé avec toi le premier épisode de son journal associatif. Elle t’a raconté les différentes actions menées par Bonheur de Demain. Elle revient aujourd’hui pour t’embarquer avec elle au pays de la teranga ! Le Sénégal, comme si tu y étais… De quoi te donner des idées si tu n’as pas encore prévu tes vacances d’été… !

Partir au Sénégal

Une excitation ne me quitte pas, malgré les jours qui s’égrainent. D’abord enfouie, ne se manifestant que par des petits picotements à l’abdomen, elle est devenue vraiment physique. Diffuse dans tout le corps, elle a atteint mon esprit qui se sent flotter, léger. Il m’arrive de me demander comment je contiens toutes ces émotions explosives. Elles me donnent tellement envie de sourire, bouger, danser, m’envoler que j’observe un décalage avec l’attitude de mon corps qui reste très solidement ancré au sol à dispenser des gestes précis, attendus et mesurés.

Des petites bulles de plaisir disséminées dans toute mon enveloppe corporelle ont explosé en pétillement lorsque le jour de mon départ pour le Sénégal est enfin arrivé. Depuis cet instant, cet émoi pour ce pays ne m’a plus quitté et m’obsède.

La foule séngalaise

Le premier contact avec la réalité africaine a été bruyant et chaotique. L’arrivée à l’aéroport de Dakar reste pour tout novice une expérience mémorable. Des mains tendues de partout attirent ton attention pour te proposer maints services, change de monnaie, puce téléphonique sénégalaise ainsi que leur recharge de crédits, taxi, transport de tes valises jusqu’à ton taxi qui te sont presque arrachées des mains. Chaque service attend, bien entendu, un dédommagement généreux sous peine d’être humilié par des interjections hurlées à ton encontre. Beaucoup en profitent pour obtenir plus que ce qui est acceptablement pratiqué dans le pays.

Heureusement, un contact sénégalais de confiance m’a prise en charge. Un trajet d’une heure et demie nous a offert une conversation au-delà des formules de politesse d’usage. J’ai découvert un homme fier de son pays, son métier, diffusant des touches d’humour appréciables. Une volonté d’accueillir convenablement ses clients témoignent d’une compréhension juste du décalage culturel vécu, alors qu’il n’a lui-même jamais traversé sa frontière.

L’aventure commençait vraiment !

DSC07823

L’es(sens)e du Sénégal

La traversée de la capitale est oppressante. Les boutiques étroites en enfilade et les bâtisses délabrées atrophient ta vision. A ces images chargées s’ajoute le balet d’une circulation humaine et mécanique excessive qui te bouscule, te ballote, t’empêche de te mouvoir librement. Le gris des grandes villes surpeuplées t’enveloppe et le vacarme des moteurs t’assourdi-e. Les clameurs, recouvrant le rugissement des turbines, atteignent un niveau sonore aussi insoutenable que les relents nauséabonds provenant des évacuations sanitaires vétustes.

Le passage par Dakar s’accomplit donc hâtivement pour pénétrer dans le Sénégal authentique. Le chaos de l’autoroute, perforée par la charge des camions, te délivrera de ces nuisances visuelles, auditives et olfactives. Une étendue de sensations s’ouvrira à toi.

Arrivé-e en brousse, la chaleur du soleil te caresse alors la peau. Les couleurs ocre du sable, blanc des chèvres, rouge, orange et jaune des boubous* te réchauffent instantanément. Assis-e sur un petit banc de bois, tu partages un plat traditionnel, le tiep bou dien*. Les saveurs de l’Afrique s’immiscent en toi en révélant les arômes des épices, du citron et autre jumbo*. Un sachet étanche d’eau t’est offert pour apaiser les réminiscences des épices. Ton palais se calme à la dégustation des pastèques gorgées de soleil en guise de clôture du repas. S’ensuit la préparation de l’ataya*, instant de détente et de partage. Les émanations de charbon sont rapidement supplantées par les effluves du thé et de la menthe. La douce mélodie du liquide transvasé d’un verre à l’autre te détend. Le premier thé amer servi dévoile la force du breuvage. Le second plus édulcoré adoucit la boisson et le troisième sucre définitivement le nectar.

P1120166

Des musiciens accompagnent ta dégustation de leurs percussions. Ton esprit s’évade sur les notes de la kora*. Ton corps s’anime ensuite progressivement aux impacts du djumbé. Les maracas te lèvent finalement pour t’évader dans une transe dans laquelle tes mouvements s’amplifient. Les claquements de main des convives alentours t’enjoignent à continuer jusqu’à être vidé-e complètement de toutes tensions.

Libéré-e de tes raideurs, tu t’allonges sur une natte pour t’assoupir dans un bien-être sénégalais, bercé-e par les conversations en wolof*.

* boubous : vêtements sénégalais
* tiep bou dien : riz au poisson (littéralement)
* jumbo : cube bouillon
* ataya : thé sénégalais
* kora : petite guitare taillée dans une calebasse
* wolof : langue officielle

Une journée au Sénégal !

Les Européens ont la montre, les Sénégalais ont le temps. Une journée s’ouvre sans autre planification que de vivre l’instant présent. Ton organisation maladive sera malmenée par la perte de notion de temps sénégalaise.

Le soleil se lève. Tu quittes ton lit pour sortir dans la cour de la maison déjà animée. Une jeune fille t’amène une chaise en plastique et te propose du lakh*, du kinkeliba* ou du café touba*. Appréciant ton petit-déjeuner, tu prends le temps d’observer.

Les mamans égrainent le mil cuit à la vapeur dans un tamis. Elles répètent cette action plusieurs fois en ajoutant régulièrement de l’eau. Leur dextérité leur permet de préparer des quantités qui te paraissent démesurées. Cette base du couscous est destinée au repas de la famille et à la vente aux voisins pour compléter les revenus quotidiens. En détournant ton regard, tu trouveras une femme accroupie devant deux bassines en plastique un linge mouillé sur un poignet frottant dessus énergiquement de l’autre main. Le sourire ne quitte pas ses lèvres. Un peu plus loin un homme est assis sur une bâche devant une multitude de poulets étalés qu’il déplume méthodiquement. A défaut d’emploi, chacun se crée un petit business pour gagner quelques francs CFA. Les enfants courent et jouent au milieu de ces différents pôles d’activités.

P1110287

Rassasié-e, tu puises l’eau pour remplir ton seau et te cacher derrière une plaque de tôle en guise de porte. Cette douche en pleine air est extrêmement revigorante.

En sortant de la maison, tu retrouves les mamans vendant des arachides cuites dans le sable à leur pied. Tu arrêtes un taxi collectif dans lequel, coincé-e entre un homme en boubou et une femme corpulente s’activant à replacer sa coiffe, la musique africaine te conduira vers tes amis au village artisanal.

Tu converses avec les artisans, tes amis, sur les grandes philosophies de vie, les différences culturelles. Tu t’enrichis à chaque mot reçu en partageant de nouveau un thé. L’heure du repas te conduit dans un établissement typique où tu savoures un jus local et un poulet yassa* [NDLR : tiens il y a la recette ici] dans une bonne humeur ambiante. De retour au village, après un nouveau thé, tu t’allonges sur la natte. A ton réveil, un ami te propose des arachides.

La chaleur est devenue si intense que tes acolytes t’enjoignent de les accompagner à la plage. Tu assistes à un entrainement de lutteurs, sport national sénégalais, en fin d’après-midi. Cette force mêlée à ce respect t’offre un spectacle sur fond de soleil couchant. La fraîcheur s’installe, la petite troupe part donc à la quête du repas du soir. En ville, tu dégustes le chawarma* que tes hôtes t’ont conseillé. Tu rentreras finalement dans la famille pour partager la fin de soirée sans avoir vu ta journée défiler.

* lakh : bouillie de mil au lait et sucre
* kinkeliba : infusion froide énergisante
* café touba : café aromatisé au poivre de Guinée
* yassa : riz et oignons
* chawarma : sandwich libanais

P1110262

Un moment au village artisanal

Un instant simple et pourtant chargé d’émotions… Imagine-toi !

Le calme environnant contraste avec l’exaltation des festivités de la veille. La chaleur amplifie cette quiétude qui te gagne. Dans la boutique d’un ami au centre du village artisanal, tu es assis-e sur une chaise africaine en bois sculpté, à demi allongé-e, au milieu de masques africains.

L’inactivité du lieu traduit la désertion des Européens qui craignent d’être bernés et arnaqués rien qu’en le traversant. Alors que pour toi, cet endroit est ta deuxième maison ! Ton intégration est totale. A chaque opinion avancée, tes interlocuteurs déclarent « Tu penses comme un Sénégalais », à chaque réaction naturelle, tes acolytes s’exclament « Tu agis comme un Sénégalais ».

Un de tes amis, Baba Cool, bijoutier au demeurant, prépare patiemment, tranquillement un thé qu’il mousse. Encore une fois, le son de ce rituel t’apaise tout en t’amenant l’eau à la bouche. Tes papilles gustatives s’animent en espérant ce breuvage qui leur est bien connu maintenant.

Près de toi, un autre ami, Baye Fall, coiffé d’une casquette de laine aux couleurs verte, jaune et rouge, amplifie ta détente en chantonnant des mélodies africaines douces. Sa philosophie de vie, « être dévoué aux autres », le guide sur le chemin de la sagesse. Sa seule présence à tes côtés te plonge dans une béatitude spirituelle.

Tu ressens au plus profond de toi la culture africaine. Tu sens que tu appartiens à un tout, que tu es accepté-e, à ta place.

P1020292

La teranga !

Humbles et accueillants, les Sénégalais affectionnent particulièrement le partage des richesses de leur pays. Ils sont intarissables sur leurs traditions, leur culture ou encore leur gastronomie. Dès tes premières rencontres, tu découvriras leur accueil, véritable tradition sénégalaise, qui se concrétise par les salutations dans lesquelles ils s’enquièrent de la santé et de la famille de leur interlocuteur. Sache que l’usage est de répondre que tout va bien. Les multiples sourires des personnes croisées, les nombreux saluts de la main qui te sont adressés et la pléiade de mains serrées le long de ton parcours renforcent cet accueil chaleureux.

Le brassage important des peuples et des cultures dans cette partie du monde les ouvrent naturellement aux étrangers. Tu observeras une envie commune de vivre ensemble à travers leur volonté de t’apporter tout le nécessaire afin que tu te sentes comme chez toi.

Un autre aspect de la teranga est le plaisir de recevoir. Lorsque tu passes à proximité d’un repas, tu recevras l’invitation à venir te joindre au plat. Cette tradition est ancrée et les Sénégalais la pratique de bonne grâce. Le repas se partage dans un plat commun dans lequel chacun mange la portion devant lui.

Tu seras également convié-e à la cérémonie du thé, signe d’hospitalité. Cette boisson est offerte aux amis et offre une occasion de palabrer. Si tu acceptes le premier, tu devras aller jusqu’au troisième.

L’hospitalité est également un concept de la teranga. Ce mot wolof est d’ailleurs souvent traduit de cette façon. Lorsque tu sympathises avec un sénégalais, il t’offrira à coup sûr l’hospitalité. Il te cèdera son lit pour aller dormir ailleurs afin que tu aies l’opportunité de vivre un séjour authentique en famille. Cet aspect culturel met en exergue leur savoir vivre humain qui privilégie le relationnel au matériel. Ces relations joviales et festives, caractéristique essentielle de la culture sénégalaise, incommodent dans un premier temps les Européens leur paressant démesurées. Mais très rapidement, tu t’adaptes et t’ouvres à cette joie de vivre ambiante.

Après avoir vécu quelques temps dans une famille sénégalaise, tu réaliseras le poids du mot solidarité. La famille a une importance fondamentale. Dans une maison, toutes les générations se côtoient. Ceux qui gagnent leur vie contribuent à nourrir les plus démunis. Cette valeur permet à tout individu de toujours trouver un repas et un toit pour la nuit.

La teranga correspond donc, au-delà de la traduction « hospitalité », à une attitude permettant de te sentir toujours entouré-e, constamment bien accueilli-e, et d’avoir la certitude de pouvoir faire confiance à quelqu’un que tu connais à peine. Tu te sens bien tout simplement. Ce sera probablement ce qui te marquera le plus lorsque tu auras visité le Sénégal, ce qui fera que tu y retourneras et ce qui te manquera cruellement lorsque tu rentreras…

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?