Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

Un petit tour dans le passé

poussière

Quel Toulousain n’a jamais flâné dans les ruelles tortueuses, le nez en l’air, l’esprit à la rêverie et les pieds foulant un sol chargé d’histoire?
Qui ne s’est jamais étonné de trouver de ça de là quelques vestiges du passé de la ville?
Mais qui connait vraiment les petits secrets de Toulouse?

Et si on commençait par son nom? Toulouse, Tolosa, Tholose…
Une belle cité, construite soit disant avant même l’empire romain et dont le fondateur ne serait autre que le chevalier Lémosin, fils de Thubal, petit fils de Japhet et donc arrière petit-fils de Noé! Ça sonne plutôt grandiose, selon Étienne de Gan (1432) terriblement légendaire me diras-tu!
Sinon il reste la piste de Bernard de Rosier (1400-1475), futur archevêque de Toulouse qui s’était penché sur l’origine de la création de la cité et l’avait attribuée à un certain Tholus ou Tola.
Finalement on aime bien le côté légendaire!
Tout ça est bien joli mais après, il s’est passé quoi?
Une petite chronologie rapide pour t’expliquer que la ville de Toulouse a du vécu et qu’elle n’a pas du tout résisté à l’envahisseur romain…

106 avant notre ère : c’est la fin de l’indépendance pour les gaulois toulousains. La victoire de Caius Marius contre les Cimbres et les Teutons place définitivement Toulouse dans l’orbite romaine. Lors de l’appel de Vercingétorix, les Toulousains ne se révolteront pas contre César laissant ainsi la cité dans le monde romain jusqu’à la chute de l’Empire.

Le savais-tu?
Le premier cœur de la ville se trouvait à 10 kms de la Toulouse actuelle.
La cité gauloise s’étendait sans doute entre Pech-David et le centre de cette ville antique correspondait aux quartiers du Pont-Neuf et de la Daurade.

250 : mort de Saturnin, premier évêque de Tolosa, martyre sacrifié par un taureau.

Si vous remontez la rue du taur vous pourrez lire l'histoire de Saint Sernin, et au numéro 63 vous pourrez voir l'ancien nom de la rue. Claustre car à l'époque il y avait un cloître.

Si vous remontez la rue du Taur vous pourrez lire l’histoire de Saint Sernin, et au numéro 63 vous pourrez voir l’ancien nom de la rue: Claustre car à l’époque il y avait un cloître.

413 : prise de Toulouse par les Wisigoths.
721 : Charles Martel reconnaît l’indépendance du duché toulousain.
862 : Toulouse est pillée par les Vikings.
1077 : début de la féodalité. Durant cette période, Toulouse est dirigée par des comtes.
1463 : le commerce du pastel prend son essor.
1629 : la peste ravage la ville sous Louis XIII.
1789 : les prérogatives des Capitouls sont abolies, Joseph de Rigaud est élu 1er maire.
1856 : la construction et l’ouverture de la gare Matabiau marquent un tournant, la ville se trouve désormais reliée à la capitale.

Les ruelles

Ce qui me fait rêver c’est que nous arpentons aujourd’hui avec nos baskets et talons, des rues qui ont changé de nom maintes et maintes fois, ou alors dont les origines ont été déformées. J’ai choisi quelques exemples, drôles et anecdotiques de ces noms de rues parfois farfelus.

Rue Bellegarde
Anciennement route de Cahors, puis rue des Tisserands et lors de la Révolution rue ça ira (exactement comme la chanson), elle devient rue des Teysseires jusqu’en 1850.
Si on se penche sur la plaque en occitan on apprend qu’il s’agit d’un personnage historique.
Alors Baron Guillaume de Bellegarde, qui es-tu?
Maire de la ville entre 1806 et 1811 puis de 1818 à 1823. Il possédait son hôtel particulier dans cette rue.
L’attribution de son nom à la rue n’était pas du goût de chacun : «Quant à Bellegarde, qui a été tour à tour bonapartiste et royaliste, on le substitua à l’étiquette de la rue des Tisserands, dont la corporation avait plus que lui honoré la ville». Ce cher Baron, soucieux de se faire bien voir avait offert à Napoléon, en 1911, un précieux manuscrit conservé à Toulouse : «L’Evangéliaire de Charlemagne». La foule lui reprocha d’avoir très mal veillé sur un des rares trésors de la ville.

Rue du Rempart Villeneuve
Sur la plaque en occitan on peut lire : Escorsièra (chemin sous les remparts ou chemin de ronde). Toutes les rues situées sous les remparts de Toulouse portaient le nom de Escorsiéra. La porte Villeneuve et ses remparts furent détruits au XIXe siècle et il y a aujourd’hui à cet endroit même, la place Wilson!

Rue Croix-Baragnon
La légende veut qu’un certain monsieur Baragnon ait été exécuté pour avoir tué un de ses amis. Les véritables assassins ayant été arrêtés quelques jours après, une croix expiatoire fût élevée ici. Cependant il est plus probable qu’une croix fût placée ici vers 1130 pour délimiter le territoire compris entre la rue Croix Baragnon actuelle et le tribunal de la place du Salin. A vous de choisir !

Rue Fourbastard
 Bastard ou plutôt castard signifie commun en occitan. Le vieux nom occitan de cette voie publique est carreria Furni Bastardi : la rue des fours communs. Les Toulousains venaient y cuire leur pain et devaient bien évidemment payer une redevance à l’église. C’était cependant un lieu de convivialité et d’échanges.

Rue du Canard
Le parfait exemple de la déformation entre l’occitan et le français autrefois carrefour de Cagnard, nom d’un Capitoul, cette rue est devenue la rue du Canard.

Rue Negogousses
Un nom qui donne des frissons…
En occitan le «négo» signifie «noyé» et les «gousses» sont les chiens. La traduction donne  rue des chiens noyés, il a donc été décidé de la maintenir dans sa langue d’origine. Ce nom provient d’un lieu-dit nommé ainsi entre la Cépière et la gare Saint-Cyprien. Mais la carreyrila de Negagossa fut aussi le nom d’une rue du centre de Toulouse qui s’appelle maintenant rue de Rémusat !

Place du Peyrou
Une histoire de bancs de pierre et de patients cochers.
Datant du XIIIe siècle son histoire est difficile à retracer, puisque le croisement était connu dès le XIIe siècle sous le nom de place des Puits-de-la-Cadène. Il semble que le nom de Peyrou désigne celui de tout le quartier au Moyen âge et indique l’exploitation du gravier. Peïrou désigne quant à lui un banc de pierre. C’est sur des perrons que les cochers s’asseyaient en attendant leurs maîtres partis assister à la messe de Saint-Sernin.

Rue Merly
Un artiste dans le vent.
Ancienne voie reliant Saint-Sernin à la porte de Pouzonville, elle aura beaucoup changé de nom.
Joseph Merly était un baryton toulousain. De renommée européenne, il se produisait à Paris, à Naples et à Berlin. Également directeur du théâtre du Capitole en 1882. Un homme relativement important me dira-tu!
A l’origine, elle s’appelait tout de même Plani Vitalis Guillelmi voire Vidal Guilhem, sur ce point nous n’avons aucune information.
Elle devient dès le XVe siècle, la carriera del Vent et change de nouveau pour devenir la rue des Treize-Vents. Ce n’est qu’en 1897 qu’elle devient définitivement la rue Merly.

Rue Mal Clabel
L’officier inconnu.
Mal pavée en occitan, cette traduction ratée est devenue le chemin du Maréchal Clabel. Grâce à un ouvrier plutôt distrait, l’histoire de la ville a vu naitre un officier inconnu au bataillon!

Rue de l’homme armé
Autrefois rue du sauvage, on peut y voir une statuette représentant un personnage dont la posture équivoque n’est pas sans rappeler que dès le Moyen-âge ce quartier était celui des auberges et prostituées. Avec un peu d’imagination on pourrait croire qu’il s’agit là d’un ancien ornement de maison close!

(D’autres voies changent d’identité comme de chemise, au gré des régimes : avant d’être les allées Jean Jaurès, celles-ci ont entre autres été celles de l’empereur Napoléon puis du général Lafayette. Moins chanceuses les allées François Verdier furent un temps, dédiées au Maréchal Pétain, avant la Libération).

 

Le pont neuf

Otta_pont_neuf

Le pont le plus pris en photo de toute la ville s’étale majestueusement au dessus de la capricieuse Garonne. Savais-tu qu’il était le seul et unique survivant des crues successives?
La première crue dont parlent les archives remonte à 1281, durant la journée du 11 mars le pont de San-Subra (saint-cyprien) fut emporté et jamais reconstruit.
Lors de la crue de juillet 1678 tous les ponts  furent emportés sauf le pont neu (pont neuf, bâti en 1544) !
Le 17 septembre 1772, l’hospice Saint-Jacques s’effondre sous la pression de l’eau alors montée à 6,65 m à l’échelle actuelle du pont Neuf.
Juin 1855, destruction totale du pont Saint-Pierre.

 

gravureLa hauteur de la crue la plus dévastatrice pour Toulouse a eu lieu dans la nuit du 23 au 24 juin 1875 selon les archives. Les ponts Saint-Michel, Empalot et Saint-Pierre n’ont pas résisté à 8,32 m de hauteur d’eau! Seul le Pont Neuf est resté debout cette nuit là et depuis…

 

 

 

Une maison hantée

1 allée Paul Feuga se dresse une  bâtisse aux allures florentines.
Berceau de légende depuis le XIXe siècle on raconte qu’elle aurait été construite sur un ancien gibet, elle serait donc habitée par les défunts que le bourreau des moines de l’époque aurait exécutés.
Après avoir hébergé le bourreau, un peintre solitaire et mystérieux aurait investi les lieux. Il faut s’imaginer qu’à l’époque cette maison était éloignée de la ville. Un soir de colère le fameux peintre aurait tué une femme lui servant de modèle. Depuis, les nuits d’orages ou quand la lune est pleine elle vient errer à la fenêtre de la bâtisse.
Entre légende et réalité, le cœur des spécialistes balance, un para-psychologue de renom et spécialiste en mécanique quantique, Yves Lignon, décida de mener son enquête et il y découvrit  un cabinet de spiritisme datant du XIXe siècle. A l’époque des médiums et autres spirites pratiquaient leurs séances dans des lieux anonymes tels que cette maison néo gothique.

C’est un bien petit résumé que je te sers ici, MAIS, la suite arrive dans un mois ET en ce moment tu peux découvrir par toi même  l’exposition sur l’histoire de Saint Saturnin à l’intérieur de la basilique Saint-Sernin, ou sinon aller voir l’exposition temporaire sur la libération au musée de la Résistance : Vive la liberté! Elle a commencé début octobre et devrait se poursuivre jusqu’au mois de mars.

Afin de réunir toutes ces informations j’ai utilisé les liens suivants :

Les archives de Toulouse

Mativi-Toulouse

Toulouse innondations

Toulouse-clocarme

 

Tu aimeras sûrement aussi...

4 Commentaires

  • Répondre E. Ducroz 1 novembre 2014 at 23 h 20 min

    Très très intéressant !
    Je ne me doutais pas de tout ça !
    Merci, merci !

    • ottavia marangoni
      Répondre ottavia marangoni 3 novembre 2014 at 1 h 26 min

      Merci beaucoup ! J’espère que la suite plaira tout autant.

  • Répondre Yann 2 novembre 2014 at 0 h 51 min

    Super article, 30 ans de vie toulousaine et on en apprend encore! Hâte de lire la seconde partie!

    • ottavia marangoni
      Répondre ottavia marangoni 3 novembre 2014 at 1 h 27 min

      Merci mon cher Yann !

    Un commentaire à faire ?