Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

Rencontre avec Robert Dos Santos, show-man

dos santos

« Ne m’appelez plus Robert ! »
Actuellement en tournée dans tout le Sud-Ouest, un spectacle décapant, hilarant, avec un accent chantant…
[Christophe Maris]

Christophe Maris : Bonjour Robert ! Dites-moi, entre nous euh Roooobert… C’est votre vrai prénom ? D’ailleurs vous le braillez haut et fort : votre spectacle s’intitule « Ne m’appelez plus Robert ! »

Robert Dos Santos : C’est effectivement mon vrai prénom, j’aurai pu choisir un pseudo, mais cela m’aurait privé d’une source inépuisable de blague au sujet de ce prénom de vieux… Et si mon spectacle s’appelle ainsi c’est avant tout pour rendre hommage à tous ceux qui, plus jeune se moquaient de moi !

CM : Et vous n’avez pas pensé à faire un procès à vos parents ? Parce que gamin vous avez dû prendre cher à l’école non ?

DSC07491

Photo de Robert Dos Santos en scène © DR

RDS : Évidemment, j’y ai pensé, et puis je me suis dit qu’il ne pouvait pas prévoir que ce prénom tomberait dans les oubliettes au début des années 1980… Cela m’a donné une force à l’école, au collège ou au lycée, j’ai gagné en répartie je pense et surtout j’ai appris très tôt que l’auto-dérision était le meilleur moyen de défense. Difficile pour quelqu’un de me vanner en sachant que je le faisais déjà moi-même !

CM : Et de plus Dos Santos, pas facile à porter au milieu des Le Penistes non ? (j’ai pas dit Le Pénis, Robert, parce qu’avec vous on n’est jamais au bout de nos surprises, enfin au bout, façon de parler)

RDS : Les Le Penistes ne me font pas peur, ni le pénis d’ailleurs mais ce n’est pas le sens de cette interview … Enfin je crois ? Être portugais, c’est de toute façon accepter d’être moqué pour les clichés que l’on véhicule, et moi j’en véhicule tellement que c’est pas une voiture qu’il me faut, c’est un camion… Un camion de chantier évidemment !

CM : Bon sérieusement, à part faire maçon ou plâtrier au black, vous êtes réellement comédien ou comique ? Expliquez-nous comment cela vous est venu de tenter de faire rire une salle… Parce que j’ai vu le spectacle et franchement sans flagornerie on se tient le bide. Ma voisine en a même mouillé sa petite culotte ! Ah ça doit vous plaire ça Robert !

RDS : Effectivement, le phénomène d’incontinence spontanée est assez courant (double sens quand tu nous tiens) quand on s’appelle Robert… Être comique n’était pas une vocation pour moi, en tout cas pas sur scène… J’ai toujours aimé les jeux de mots, les bons mots et j’ai toujours écrit depuis mon adolescence : des poésies, des articles sportifs, des textes érotiques parfois mais jamais de vrais sketchs. C’est en découvrant l’émission de Laurent Ruquier sur France 2, On n’demande qu’à en rire que j’ai décidé de moi aussi écrire des sketchs sur des thèmes d’actualité.

Et puis suite à la rencontre avec un humoriste de cette émission, Verino, j’ai décidé de me lancer sur scène … Il m’avait donné rendez-vous à la sortie d’un de ses spectacles à Paris, a pris le temps de lire mes textes et il m’a dit « Si tu veux que les gens rigolent de tes blagues, fais-les sur scène ! »

CM : Dans ce one-man show mené tambour battant vous racontez un peu votre enfance, vos origines, votre quotidien mais finalement c’est surtout axé sur une observation de la vie des uns des autres, de vos rapports avec les autres que vous décrivez. Non ?

RDS : Évidemment, mon prénom, mes origines, me servent de fil rouge dans le spectacle et au travers de mon expérience personnelle j’essaie de faire rire les gens avec des choses qui parlent à tout le monde. Ce qu’on appelle l’humour d’observation et ce qui me plaît le plus car chacun se reconnaît dans les travers parfois stupides que nous révélons tous et toutes dans notre quotidien.

CM : Et comment vous vient cette inspiration ? C’est vous qui écrivez tous vos textes ou c’est partagé avec d’autres scénaristes ?

RDS : Je puise cette inspiration (c’est un bien grand mot) dans les différentes choses que je peux observer dans mon quotidien ou dans celui de ceux qui m’entourent (mes proches, mes collègues, mes amis, etc.) Ce spectacle est 100 % de mon cru (attention à ne pas oublier le « r »)… Je suis un féru d’écriture et je ne conçois pas de faire rire les gens avec des vannes qui ne proviendraient pas de mon imagination.

J’ai déjà écrit avec d’autres humoristes et notamment mon ami Rémy Alonso, qui est un peu mon Mister Hyde car lui est capable de balancer des vannes beaucoup plus crues et on se complète parfaitement dans ce style d’écriture.

dos santos extrait

Photo © DR

CM : Chez vous aucun tabou, vous passez du coq à l’âme sans arrêt. Apparemment rien ne vous arrête. Vous pensez qu’on peut rire de tout ? Des Blancs, des Noirs, des Blacks, des homos, des chômeurs, de la mère de famille, des enfants, des vieux qui sentent un peu l’urine… Dans une société qui devient de plus en plus aseptisée et lisse de peur des attaques ou des procès ? On vit dans un monde très complaisant finalement.

RDS : On vit dans un monde plus polissé (en un mot, sinon on pourrait croire que je parle de botox) c’est certain mais je pense, et je veux croire qu’on peut encore rire de tout du moment que c’est bien fait et qu’on assume ses dires sur scène… J’aime l’humour noir, je suis très très fan de Jeremy Ferrari par exemple qui lui ne se refuse rien sur scène.

Après la seule « communauté », même si je n’aime pas ce terme, que je flingue un peu dans mon spectacle, ce sont les Portugais… Mais étant portugais moi-même, ça passe mieux !

CM : Par exemple vous vous souvenez de la polémique autour d’un sketch sur les handicapés de Patrick Timsit qui lui a valu une bronca (vous devez connaître le mot compte tenu de vos origines « espagnoles », eh oui Robert, tout le monde ne peut pas être parfait !)

RDS : Attention , il ne faut pas confondre Espagnol et Portugais ! Danger, Grand danger ! Les Portugais et les Espagnols se détestent, ce qui est paradoxal quand on sait qu’ils faisaient tous partis du même pays il y a quelques siècles ! Après pour ce qui est des handicapés et de toutes les polémiques que peuvent générer certains sketchs un peu borderline, je pars du principe que tout peut se raconter sur scène il suffit de trouver la bonne formule …

CM : Robert, un problème avec le sexe et le cul parce que vous y allez fort, si je peux me permettre puisque nous n’avons pas eu (encore) de relations intimes ? Ou alors un complexe d’infériorité, on vous a moqué dans les douches collectives après vos chantiers au black ?

RDS : Ha vous faites allusion à « L’instant Bigard » du spectacle ? Oui j’avoue j’y vais un peu fort mais je n’oublie pas que les blagues un peu salaces et en-dessous de la ceinture ça fait toujours rire les gens, mais ça ne représente que quelques minutes dans mon spectacle ! Je ne suis pas encore assez à l’aise avec ma sexualité pour en parler … (c’est d’ailleurs pour ça que j’élude votre proposition de relation intime et du syndrome de la douche collective)

CM : Dans votre spectacle « Ne m’appelez plus Robert ! » il me semble que vous évoquez vos enfants. Ce sont de vrais enfants ou vous avez fait des chiens et adoptez des petits Syriens pour vous donner bonne conscience ? Et quels prénoms leur avez-vous donnés ? Adolf et Cléopâtre pour qu’ils souffrent autant que vous ? J’imagine que les chiens eux, s’appellent Zeus et Apollon. Non ?

RDS : J’ai effectivement 2 enfants qui sont, avec ma femme, outre de supers soutiens pour ma carrière, une formidable source d’inspiration. En ce qui concerne les prénoms, cela a fait l’objet de vaste discussion avec ma femme mais nous avons privilégié des prénoms courts et passe-partout, comme les nains de Fort Boyard. C’est fou que vous parliez de Zeus et Apollon, car ce sont effectivement les noms que ma femme a donnés à deux parties de mon anatomie que la décence m’empêche d’évoquer ici : Zeus, à cause du coup de foudre qu’elle a eu pour mon « … » Et Apollon pour la beauté de ma « … » (instant Bigard de l’interview)

CM : C’est un premier spectacle qui tourne bien apparemment – on se demande parfois pourquoi -, quel serait le plus beau cadeau pour vous avec cette première grande tentative ?

RDS : Que je puisse le jouer le plus souvent possible, j’aimerais pouvoir jouer mon spectacle tous les week-ends et dans d’autres ville que Toulouse et ses alentours. Ou jouer mon spectacle dans une grande salle Toulousaine pleine à craquer, (La Comédie de Toulouse ou Le Rex de l’Humour pour ne citer qu’eux).

CM : Quels sont les projets ? À part ce goût prononcé pour quelques réparties en-dessous de la ceinture ?

DSC07476

Photo © DR

RDS : Les projets sont de pouvoir peaufiner encore mon spectacle, affiner certains passages sur la mise en scène ou le texte, mais ça ne pourra se faire qu’en jouant, jouant et en jouant encore. Dans un avenir plus lointain, j’ai un livre que je dois terminer d’écrire, un roman où le cynisme du personnage principal devrait beaucoup plaire… Et si j’ai suffisamment de temps et d’inspiration j’ai une brève idée de pièce de théâtre en tête, mais là, c’est encore un peu flou…

CM : Quels sont les grands show-mens ou womens qui vous ont inspiré ?

RDS : Les humoristes de la nouvelle génération que j’ai déjà cités : Verino car c’est lui qui m’a vraiment donné confiance et qui m’a donné la chance de monter pour la première fois sur scène en me laissant faire sa première partie à Montauban… Jeremy Ferrari que je trouve génial dans son écriture et dans son côté provoc… Je pourrais également citer Baptiste Lecaplain pour son univers complètement dingue et surtout son art du running gag que je trouve génialissime ! (…) Et puis un dernier car je le cite sur scène : Gustave Parking, car il représente pour moi ce que que j’aimerais être comme humoriste, quelqu’un capable de faire rire aux éclats mais en même temps capable de vous faire réfléchir.

CM : Enfin pour finir, vous vous constituez une revue de presse ou vous vous réservez la surprise de l’inspiration par des situations vécues ou observées ? On pourrait imaginer un sketch sur les vacances low-cost qui se finissent dans les montagnes plutôt que sur une piste ? Vous en seriez capable ?

RDS : On peut tout imaginer comme sketch… Mais pour l’instant je fonctionne effectivement plus à l’instinct… Je prends un sujet d’actualité et si dans les 3 minutes qui suivent je n’ai pas 2 ou 3 vannes ou une vraie idée d’angle original, je laisse de côté .

CM : Où peut-on vous voir transpirer actuellement ? (j’imagine que vous passez à la douche et à l’épilation pour votre public)

RDS : Évidemment avant chaque scène je prends soin de mon corps ne serait-ce que pour les problèmes d’odeurs (les poils sont très conservateurs). Plus sérieusement, je serai le 27 avril à Castanet-Tolosan à 20 h 30 au cinéma le 113. Le 22 mai à La Ville Dieu du Temple (82) à 21 h à la salle l’Ostal. Et après la rentrée, le 19 septembre, à Castelginest à la salle des fêtes (NDLR : spectacle au profit de l’ARTC). Sinon vous pouvez suivre mon actualité sur ma page Facebook ou mon Twitter.

Allez voir Dos Santos en scène, sincèrement si vous avez un coup de cafard, il vous redonnera une pêche d’enfer et la banane, merci ROOOOOBERT !

Interview conçue et réalisée par Christophe Maris
©Maris Conseil

Tu aimeras sûrement aussi...

1 commentaire

  • Répondre Eric D 22 avril 2015 at 22 h 08 min

    Je vais sûrement réserver la date de septembre ! En plus au profit de l’ARTC !!
    Merci pour cet article !

  • Un commentaire à faire ?