Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

Quand le Jazz et Marciac font la Java

m5

marciac1

Du 27 juillet au 15 août 2015, Marciac devient la capitale cosmopolite, vivante, joyeuse, festive, colorée d’un petit monde où musique, art et bien–vivre se conjuguent harmonieusement ensemble.

Lieu de rencontres, lieu d’échanges, lieu de découvertes, voici donc  Marciac, petit village paisible de Gascogne, 1341 habitants (dernier recensement) qui reçoit plus de  120 000 visiteurs  le temps du festival mondialement connu «Jazz in Marciac».

En toile de fond, la musique jazz se décline sous toutes ses formes dont les notes nous enchantent dès 10 h à, selon les jours, 2 ou 3 h du matin.

Le programme musical est vaste et éclectique. Il est réparti en plusieurs  points : le chapiteau de la place centralemarciac2 (différents concerts gratuits tout au long de la journée), la péniche près du lac (concerts fin après midi), les arènes de Plaisance (fin après midi), l’Astrada (soirée), le Grand Chapiteau pour les grands concerts du soir.

En parallèle, le jazz et d’autres musiques peuvent être écoutés, dans la rue, les bars, les restaurants, les galeries d’art et nombreux autres  lieux privés ou publics.

Jazz in Marciac est aussi un grand carrefour artistique

Aux nombreuses galeries d’art installées à l’année, viennent s’ajouter de multiples espaces d’expositions ponctuelles artistiques, artisanales ou commerciales que l’on découvre au gré des rues.

Pour moi, il y a les incontournables, ces lieux un peu magiques où l’on découvre chaque année de nouveaux artistes peintres, sculpteurs, plasticiens, photographes.

La Galerie  l’Âne bleu  (ruelle à l’angle du 19 rue Saint Pierre) créée en 2005 dans une ancienne église détruite pendant les guerres de religions. C’est un  lieu associatif, créatif, animé par une personne magnifique et passionnée, Saty d’Amico. Le partage de la passion de l’art, avec comme spécificité  une ouverture au plus grand nombre, est son credo.
De fait, elle choisit au fil des nombreuses expositions réparties sur l’année, de donner à voir des œuvres parfois difficiles, singulières mais toujours riches, puissantes qui nous interrogent au plus profond de nous même.
Durant le festival, elle proposait les œuvres de deux artistes, réunis sous le thème de  «Paroles muettes» :
Anne Pourny dont  la peinture puissante, bouillonnante, jaillissante de vie s’impose à nous par «l’évidence d’une présence fervente», Jean-Pierre Pourtier dont  la sculpture «au corps qui vague à l’extrême limite de la parole» propose une lecture que chacun interprétera à sa façon sur «cet espace sensible, ce rien à dire» .
Et cerise sur le gâteau, chaque après midi, durant le festival, des petits concerts sympathiques accueillent les visiteurs.

m9

La Galerie Espace Eqart (21 rue Henri Laignoux) proposait, en association avec Arbres etgalerie Paysages 32,  un ensemble remarquable d’œuvres photographiques du photographe hollandais, véritable  poète de l’image, André Hemelrijk.
Grâce à un choix particulier de techniques photographiques, l’artiste nous donne à voir l’arbre sous un angle inconnu, «mettant en lumière l’essence secrète de son être». Face à nous c’est toute la magnificence de la photosynthèse qui s’exprime donnant aux clichés Noir et Blanc profondeur et relief. Ombre et lumière y sont magnifiquement sublimées.
La galerie Espace Eqart, sous la houlette de Fred Noiret et son équipe talentueuse d’artistes, propose tout au long de l’année de nombreuses expositions, ateliers, animations. «Elle affiche sa prédilection pour des artistes qui proposent leurs mondes, loin des sentiers battus, elle  revendique son amour pour l’art dans tout ce qu’il a de plus singulier».
Dans le temps du festival, conférences, concerts, visites, ateliers, lectures se succèdent dans son espace. Une terrasse ombragée, un bar agroforestier permet les dégustations de produits locaux issus de l’agroforesterie. Leur assiette composée  bio accompagnée d’un verre de vin, était délicieuse.

L’Atelier Rémy Trottereau (2 bis rue Saint Pierre) est un lieu à visiter absolument lui aussi. Pénétrer dans  l’antre de cet artiste, c’est pénétrer dans un monde fantastique, d’une autre dimension. Ses sculptures et peintures révèlent une puissance magistrale. Œuvres impressionnantes par leurs forces magnétiques, par le choix des matériaux, par leurs teintes à dominante sombre, elles ne peuvent pas laisser insensibles, elles interpellent notre âme.
L’artiste est présent. C’est un homme de passion et passionnant, abordable pour qui s’intéresse à son œuvre et souhaite le rencontrer.

L’Atelier la Baguenaude (9 rue des Lilas)  géré par Serge Seguin présente en son espace sur deux niveaux, les œuvres de 3 autres artistes : Elisabeth Dupin-Sjostedt, Toma Popovici, et Djebel. Pour le suivre depuis plusieurs années dans sa trajectoire artistique, je voudrais mentionner particulièrement Djebel qui cette année a présenté un ensemble de sculptures intéressantes dans leurs conceptions  sur le thème de l’exil.

Je ne peux pas te relater en détails l’ensemble des galeries présentes à l’année, mais deux autres méritent également une visite : l’atelier d’Annie Casanova (5 rue de Julliac) et Made in l’Atelier (11 rue Henri Laignoux).

Mon choix des  incontournables est subjectif  comme tout choix…

Durant mes deux journées passées à Marciac, j’ai aussi eu quelques coups de cœur pour des artistes et expositions uniquement présents le temps du festival. Une fois encore, mes préférences restent subjectives et ne doivent pas occulter les nombreux autres espaces et expositions que je ne pourrais citer du fait de leurs nombres.
Les festivaliers et visiteurs se doivent d’être curieux et ne pas hésiter à parcourir les nombreuses rues et ruelles du village. Un plan est disponible à l’espace accueil de la mairie pour les y aider.

Mes coups de cœur 

evilo1* Mon premier coup de cœur sera pour Evilo rencontrée sous les Arcades côté mairie : peintre plasticienne, elle croque les visages des musiciens de Jazz in Marciac soit côté scène, soit côté rue, d’une manière magistrale.
Elle travaille vite à l’aide d’un couteau, d’un  pinceau très large, utilise de la peinture acrylique, de l’eau  sur une petite table face aux passants et  festivaliers.
Son travail fit l’objet, en son temps, d’une thèse de doctorat à la Sorbonne : Les visages connus.
Pour Evilo «la peinture est un art magique. C’est une musique de la vie qui jamais ne s’arrête. Elleevilo2 crée des liens, est objet de communication. La couleur c’est la vie».
Elle a  découvert ce don et cette passion à  l’âge de 12 ans en reproduisant de belle manière un portrait de la Reine d’Angleterre. Depuis elle n’a cessé de progresser.
Evilo signifie Olive (son prénom) écrit à  l’envers. Pour en savoir plus sur elle n’hésitez pas à visiter son site.

2* Comme chaque année, je reste toujours sous le charme des œuvres de Mollie et Ben Brotherton, ce sera mon deuxième coup de cœur.
Ils ouvraient leur maison du 7 rue Laignoux jusqu’au 14 août, mettant en scène des œuvres d’une grande sensibilité d’où se dégagent beaucoup de  poésie.
Avec eux, c’est  comme un bain de fraîcheur, de douceur et plein de touches de petits bonheurs secrets à capter de ci de là…

3* Dans cette même rue Laignoux , au 14, un espace occupé par quatre artistes a retenu toute mon attention :

françois leroy et mylène grandonFrançois Leroy, calligraphe
«Il trace des lettres, il file l’écriture au pinceau». Il nous permet de goûter les mots avec les yeux. Ses œuvres renvoient au plaisir des mots. Ils les présentent sur planches en bois. Les parcourir des yeux, c’est voyager au pays des mots (NDLR : Nic nous fera le plaisir d’un reportage plus détaillé sur François Leroy prochainement).

Mylène Grandon-Pinel, plasticienne et illustratrice
Elle crée, elle invente, elle recycle des objets du quotidien les rendant prisonniers d’une sculpture pour en faire des œuvres sensibles, poétiques. C’est un processus créatif instinctif où elle laisse aller son imaginaire seulement guidée par un thème prédéfini.  C’est toute la candeur de l’enfance  qui s’exprime dans ses œuvres faites de douceur et légèreté. Et aussi d’une grande force intérieure grâce  à la connaissance et  l’emploi de couleurs judicieuses.galerie rue laignoux

Mylène travaille aussi le dessin d’une façon plus conceptuelle, comme une mise en scène d’un petit espace théâtral.
J
’ai pu parler de leurs passions respectives avec François et Mylène. Avec eux, deux autres artistes présentaient leurs œuvres : Cécile Bonnat, créatrice de bijoux et Eléonore Weiss, céramiste.

4* Un autre espace, face à la halle, Le Loft ou chez Dany, réunissait  sur deux niveaux, un collectif de cinq artistes peintres ou photographes qui m’a beaucoup plu pour son originalité et sa créativité : Bénédicte-Sidonie Laborde, peintre, Olivier Boucherie, photographe argentique, Bastien Baltazar, photographe et infographiste, Robin et Mathilde Raison, photographes de l’émotion.
Dommage, ce lieu nouveau et excentré n’était pas évident à trouver.

le loft

perry taylor5* Parce qu’il m’amuse tellement avec ses dessins humoristiques je voudrais citer Perry Taylor ou comment un anglais à su trouver la quintessence du Pays Gascon et du Sud-Ouest.
Il présente son travail à l’Arrière Boutique au 7 rue Notre Dame.
«Avec un regard tendre et amusé, il s’applique à traduire l’esprit du Sud-Ouest» qu’il décline en tableaux  à l’aquarelle, en planches de divers formats, en cartes postales, en livres.
Francis Uwins et Yannick Beslot  complètent de leurs œuvres l’espace d’exposition.

6* Petit clin d’œil à la créatrice toulousaine Annette Hardouin que j’ai eu le plaisir de rencontrer, rueannette hardouin Saint Justin, dans son bel espace tout bleu dédié au pastel . Elle y présentait de nombreuses créations dont les matières sont teintes à la main dans son atelier toulousain situé 89 rue du Caillou Gris (quartier des Minimes à Toulouse).

7* Je ne voudrais pas oublier une exposition dédiée à Cabu dont on se souviendra qu’il était un passionné de jazz.
Dans l’arrière cour de la mairie, au premier étage environ 80 dessins format A4 étaient exposés.
Pour y accéder une allée dallée présentait une belle collection de totems colorés signés Breschia.

Je le répète d’autres artistes, d’autres artisans présentaient leur travail, à découvrir lui aussi, en se promenant dans le village au grès de son plaisir et de son inspiration.

Et ne pas oublier aussi…

miam2Pays du bien-vivre et du bien-boire, Marciac ne faillit pas à sa réputation. La musique et l’art savent se  conjuguer avec gastronomie et  produits du terroir.  Entre les établissements présents toute l’année et ceux ouverts pour la circonstance, l’offre est  à la mesure de l’importance de l’événement, grandiose  de quoi réjouir et mettre en effervescence les papilles de tous les festivaliers.

Marciac est un petit village pittoresque et  charmant. Certaines rues, certaines maisons sont restées dans leurs jus ce qui confère au site une belle part d’authenticité malgré sa notoriété mondiale.

Les habitants de Marciac n’ont pas pris la grosse tête, il n’est pas rare d’apercevoir dans des petitesmiam rues quelques hommes d’âge mûr portant le béret Gascon et des femmes de la génération de nos mères  ceintes «du tablier de devant». Ce n’est pas là folklore. C’est l’expression de l’authenticité d’une contrée qui a su conserver sa simplicité et son art de vivre.

Humm les bocaux de Gérard Tête

789

Toutes les photos de ce reportage sont de Nicole. Pour en savoir plus sur le festival à ne pas rater l’an prochain en 2016 : le site du festival, la page Facebook, et le site de l’office de tourisme de Marciac.

7899

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?