Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

Duo Mélisande : deux cœurs, quatre mains, six cordes…

1528669_10153071292344841_7172654277414818805_n

Au château de Rochemontès s’organisent parfois des dimanches musicaux. Nous t’en parlions pour le premier de la saison en novembre dans cet article. Dimanche 1er mars, l’Orangerie renouvelle l’invitation en accueillant le Duo Mélisande.

Ce duo est constitué de deux jeunes et brillants guitaristes : le toulousain Sébastien Llinarès, 36 ans, et le lillois Nicolas Lestoquoy, 32 ans. Tous deux offrent une version enthousiasmante et originale des célèbres Variations Goldberg, un des morceaux les plus connus de Jean-Sébastien Bach, transcrites pour deux guitares.
La seconde partie du spectacle sera dédiée à Joaquim Turina (Cinq danses gitanes) et à Isaac Albéniz (Tango et Mallorca). La musique espagnole, faite de rêves et de rythmes  -disait Debussy-, est un des rares mouvements musicaux qui a fait naître autant de fantasmes dans l’imaginaire du public que de débats passionnés chez les artistes.

MŽlisande-quadri

Sébastien et Nicolas ne se battront pas le 1er mars : ils auront une guitare chacun ! Photo ©Nicolas Djavanshir

Le Duo Mélisande permet de découvrir la guitare à la fois instrument de l’intime mais aussi petit orchestre comme disait Berlioz dont c’était l’instrument de prédilection, lui, le grand orchestrateur.

Après des années d’oubli ou de marginalisation, et grâce à une nouvelle génération de musiciens modernes très doués, l’instrument à six cordes revient sur le devant de la scène. Et Sébastien et Nicolas participent à lui redonner ses lettres de noblesse.

Les Variations Goldberg en noir et blanc (par Sébastien Llinarès)

Depuis que je pense à jouer les Variations Goldberg à deux guitares, je les imagine en noir et blanc. Il ne s’agit pas de les jouer en essayant de restituer les couleurs d’époque, mais plutôt en essayant de saisir ce qui reste, ce qui résiste au temps.

Au départ, il y a un désir plus passionnel que raisonnable, une attirance vers quelque chose qui n’est pas a priori fait pour soi. Car, si le clavecin et la guitare ont quelque chose en commun dans la nature de leur courbe sonore, leurs possibilités respectives sont très différentes.

Nous avons donc voulu créer la rencontre entre notre instrument et le chef-d’oeuvre. Et ce, sans jamais aller contre notre instrument : les tessitures, les tempos et les ornements ont été choisis pour leur faisabilité, leur efficacité, leur musicalité guitaristique.

Mais nous ne sommes jamais allés non plus contre l’oeuvre, sa forme et sa nature intrinsèques. L’idée de la transcription est une pratique d’époque. Nous reprenons à notre compte les idées initiées par la grande musicienne et musicologue américaine Rosalyn Tureck, qui disait que la musique de Bach, essentiellement abstraite, peut circuler d’instrument en instrument. Il existe de nombreux exemples montrant que Bach jouait lui-même ses propres pièces en variant l’instrumentarium, chaque version apportant son propre regard sur l’oeuvre.

Travailler les Goldberg à deux implique, comme tout travail de musique de chambre, de s’imprégner d’un réflexe commun. Ainsi, sans trop discourir sur la forme ni sur notre «plan d’attaque», nous avons laissé, peu à peu, ces variations nous habiter.

L’idée d’une homogénéité sonore n’a pas non plus été notre souci premier. Nous avons plutôt chercher à faire vivre harmonieusement nos différences.

La musique de Bach est une synthèse sublimée de toute la musique occidentale qui s’est faite avant lui. Et les Variations Goldberg sont un peu la synthèse géniale de l’art de Bach. Si cette musique est si vivante, c’est parce qu’elle suscite autant l’envie de plonger dans l’époque de sa création pour approcher de la «vérité», que l’envie de se l’approprier et de continuer à rajouter des étages à cet édifice indestructible. [Sébastien Llinares]

Nicolas, Sébastien et Mélisande

Nicolas Lestoquoy est né à Lille et a commencé la musique à 6 ans avec Xavier Descamps. En parallèle de son parcours musical, Nicolas fait des études scientifiques. Dix ans de guitare avec son professeur, puis deux ans au conservatoire de Lille (avec une médaille d’or), il enchaîne beaucoup de concerts de rock, jazz et expériences en tous genres… Accepté en école d’ingénieur, c’est à ce moment-là qu’il décide de tout arrêter pour se consacrer pleinement à la musique. D’abord en vivant de ses concerts et des cours puis ensuite en se spécialisant à l’Ecole Normale de Musique de Paris auprès du Maestro Alberto Ponce.

C’est là qu’il rencontre Sébastien Llinarès. Ils se croisent dans les couloirs. N’ont pas les mêmes cours. Et leurs professeurs se détestent ! Quelques années plus tard -en 2011- lorsque Sébastien lui propose le projet d’un duo autour des Variations Goldberg, Nicolas accepte.

Lorsque qu’il a lancé le projet, l’idée de confronter ou plutôt d’harmoniser ces esthétiques nous est apparue comme une évidence. Depuis c’est toujours un plaisir de découvrir et échanger musicalement sur les chefs d’œuvres que nous interprétons. [Nicolas]

Cette adaptation est impossible à une seule guitare ! Nicolas a été assez dingue pour accepter de créer ce duo ! [Sébastien]

Sébastien, lui, passe son enfance près de Toulouse, à Pibrac dans une famille qui n’était absolument pas musicienne. Pourtant il rêve de faire de la batterie. Mais sa mère trouve que ça fait trop de bruit…

Il intègre tout de même l’école musicale locale pendant des années et joue de la guitare électrique dans plusieurs formations. Etudiant en musicologie à l’université du Mirail, il découvre le jazz. Il lâche alors le rock et découvre la musique classique, baroque, romantique et la musique espagnole.

Pour Sébastien, le travail et le plaisir sont très liés. Il est remarqué à l’Académie Internationale de Musique de Cagliari (Sardaigne) où il obtient une bourse d’étude lui permettant d’intégrer la classe de Rafael Andia à l’École Normale Supérieure de Musique de Paris. Soutenu ensuite par la Fondation Zalesky, il obtient en peu de temps son diplôme supérieur de concertiste.

Son professeur dit alors de lui : Sébastien a un talent unique qui le place au niveau des plus grands. Une technique à toute épreuve, alliée à un son rare, donne à sa musique une force peu commune. Il montre une telle facilité qu’on n’a jamais l’impression d’effort, impression habituelle même chez les grands guitaristes. 

A Paris, il croisera Nicolas. La suite tu la connais déjà…

Les Variations Goldberg pour deux guitares

Cette œuvre du grand Bach a été composée vers la fin de sa vie aux alentours de 1740. Composées de trente morceaux et deux arias, ces Variations sont initialement destinées au clavecin à deux claviers, l’usage fréquent de croisements de mains rendant leur interprétation difficile sur un seul clavier.

De deux claviers à deux guitares, finalement, n’y aurait-il qu’un -grand- pas ?

Lorsque Sébastien -à la fac- entend pour la première fois cette musique interprétée par Glenn Gould, c’est un véritable choc musical pour lui. Il l’écoute en boucle. L’idée du duo à la guitare naît alors.

 Il faudra un an de répétitions aux deux guitaristes pour travailler les morceaux. Une main droite, une main gauche…

Le duo a tiré son nom de l’opéra Pelléas et Mélisande -un livret de Maurice Maeterlinck sur une musique de Claude Debussy. Dimanche 1er mars, il n’y aura pas que du Bach, mais également les Cinq danses gitanes de Joachim Turina et Tango et Mallorca d’Isaac Albéniz.

1601030_10152186302591180_713205236_n

Le duo Mélisande en répétition. L’un avec ses partitions sur papier. L’autre sur sa tablette… Photo collection personnelle.

La guitare a cette chance d’être un instrument de partage et de mélange de culture à travers le monde. Tout autour du globe les gens jouent de cet instrument. C’est ce qui me passionne le plus avec la musique instrumentale et en particulier avec la guitare. Longtemps et encore maintenant j’aime me retrouver à l’autre bout du monde pour partager et vivre à chaque fois une rencontre ou la guitare et plus largement la musique sera notre principale moyen de communiquer. [Nicolas]

Je pense que la guitare est un instrument d’avenir dans la musique de chambre. La variété de ses timbres et de ses dynamiques apporte quelque chose de très particulier dans un ensemble instrumental. De plus en plus de compositeurs s’emparent de ces possibilités. [Sébastien]

Quand le duo n’est pas ensemble

Sébastien a quitté Toulouse depuis quelques années et vit à Paris. Il revient cependant régulièrement dans la région voir sa famille et j’ai eu le plaisir de le rencontrer autour d’un thé et de délicieux gâteaux au citron (merci Catherine !).

En soliste, il se produit régulièrement en récital en France et à l’étranger, et est aussi invité dans des festivals. Aujourd’hui, passionné par l’écriture, il compose ou transcrit des pièces inédites pour son instrument, avec la volonté d’ancrer le vocabulaire de la guitare contemporaine à la puissance expressive de la tradition guitaristique classique. Il a notamment enregistré ses transcriptions de Poema en forma de Canciones (Sébastien Llinares joue Joaquin Turina, Paraty 2011). Dernièrement, son disque Soliloque vient de sortir.

Il est professeur au conservatoire Eric Satie à Paris et tient également une classe au Conservatoire International de Musique de Paris.

Nicolas a de nombreux projets, mais  il y a un fil rouge : mettre en lumière les plus belle pages de musique de chambre avec guitare et donc donner une place à cet instrument aux cotés d’une flûte, d’un violon, d’un quatuor ou d’un orchestre. Il a  enregistré le premier volet d’une intégrale pour flûte et guitare des œuvres de Mauro Giuliani avec Berten d’Hollander, flûtiste international. Dans quelques jours, il sera en studio pour préparer un disque autour des compositions de Mario Castelnuovo Tedesco et Carlos Guastavino… Sa discographie t’en dira plus.

S’il est toujours professeur au conservatoire régional de Douai, cela fait dix ans qu’il vit à Paris. Après Montmartre, le voilà installé à la Villette. Une nouvelle partition vient de s’ajouter à son répertoire : sa fille Zélie, née le 22 novembre dernier. Elle aura bien choisi cette date, c’est la Sainte Cécile, patronne des musiciens !

Catherine Kauffmann-Saint-Martin, l’attachée de presse du duo

Fin 2011, la propriétaire de l’Orangerie de Rochemontès, Christine de Roaldès-d’Huy, très mélomane, lui fait part de son désir d’y organiser des concerts. Etant attachée de presse de musique classique, Catherine Kauffman-Saint-Martin (alias CKSM) connait beaucoup de merveilleux musiciens.

22271_299134999840_7351588_nJ’ai été  immédiatement séduite par le projet de les faire découvrir dans ce magnifique  écrin, intime car il n’y a que 200 places.

C’est un bâtiment patrimonial  du XVIIIe siècle au cœur d’un parc à la française dessiné par Le Nôtre, la Garonne coule au pied du château.  Et pour bien profiter du décor j’ai décidé de faire les concerts le jour, le dimanche à 16 h 30, suivis d’une dégustation de vin et produits de la Ferme aux Téoulets à partager à l’heure de l’apéritif avec les artistes et l’équipe.

D’où le titre : Concert à l’’Orangerie de Rochemontès : Un dimanche à la campagne, musical et convivial.

Interviewée par Up Radio, Catherine nous raconte les jolis dimanches de l’Orangerie.

Catherine rencontre Sébastien en 2009. Le jeune homme qui écrivait pour le journal La Terrasse à Paris avait été délégué par sa rédaction pour chroniquer un splendide concert des Passions et des Eléments, dirigé par Jean-Marc Andrieu en la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse : Les Lamentations de Jean Gilles. Catherine ignorait qu’il fut également musicien… Puis, il la recontacte pour lui proposer de s’occuper, en tant qu’attachée de presse, du lancement de son premier CD consacré au compositeur espagnol Joaquin Turina. Elle découvre alors son très grand talent, sa gentillesse, et par, la même occasion un peu du monde de la guitare classique qu’elle ne connaissait absolument pas.

J’ai vite été conquise ! En plus il est toulousain… Alors !!! Mon amie Françoise Palmerio, présidente du festival Cinespaña l’a invité à jouer à l’Institut Cervantès. L’aventure a continué avec tous ses autres projets, nombreux concerts et 3 CD  dont le magnifique enregistrement des Variations Goldberg de J-S. Bach avec son complice Nicolas Lestoquoy, lui aussi guitariste aux multiples talents et charmant. Depuis nous formons une belle équipe, leur notoriété monte en flèche. Je suis heureuse de les recevoir à Rochemontès, je suis certaine que le public va partager mon enthousiasme.

Sur les ondes et sur la toile

Tu pourras écouter Sébastien parler du concert toujours sur l’antenne de nos amies de chez Up Radio ce soir à 20 h, demain jeudi à 14 h ou encore vendredi à 11 h.

Voici le site du Duo. La page Facebook. Le site de Nicolas. Et le site de Sébastien.

Un petit avant goût ? Clique, ferme les yeux (mais clique avant !) et déguste… C’était hier matin en live sur France Musique de bonne heure…

Un printemps musical

DuoSolot2Catherine et son équipe ne s’arrêteront pas en si bon(s) chemin(s)… A l’Orangerie, et pour la première fois à Toulouse, le Duo Solot  -Stéphanie Salmin et Pierre Solot- qui vient de Belgique jouera des transcriptions inédites des grands airs d’opéras de Rossini comme Le barbier de Séville, L’italienne à Alger, ou encore la célébrissime ouverture de Guillaume Tell ainsi que La symphonie du Nouveau Monde de Dvorák. Ce sera le dimanche 12 avril 2015 à 16 h 30.

Pour clôturer cette saison musicale, suivra une formation voisine, Les Passions-Orchestre Baroque de Montauban, qui offrira au public de l’Orangerie des Petitsminiatures-seicento-recadre.jpg plaisirs  mis en musique par des compositeurs à l’imagination débridée. Donnons rendez-vous à la flûte à bec de Jean-Marc Andrieu, au clavecin de Yasuko Uyama-Bouvard et au très original basson de Laurent Le Chenadec. Ce sera le dimanche 30 mai à 16 h 30. Tu as noté dans ton agenda ? Ne t’en fais pas, ces deux événements auront droit à un article dans nos pages quelques jours avant la date.

Côté pratique

Le concert coûte 24 € (tarif réduit pour les étudiants à 15 €, gratuit pour les moins de 10 ans). Les réservations sont fortement conseillées via ce lien ou auprès de Catherine au 05 62 72 23 35. Le concert sera suivi d’un apéritif gourmand. Pour se rendre au château de Rochemontès, c’est par ici. Tu peux également cliquer sur la photo pour découvrir le site.

418437_10150689532974841_1504389835_n

 
 
 

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?