Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

La Place du Capitole « Arc en ciel » pour fêter la Holi !

HOLI ONE_09

La Holi, parfois appelée fête des couleurs, ou, Phalgunotsava, est une fête de l’hindouisme célébrée vers l’équinoxe de printemps, à la pleine lune du mois indien de Phalguna.

10842133_1564943900445256_1300529393011624451_o

Me voici encore au cœur de Toulouse, quartier Saint-Michel, par une belle matinée d’avril. Je vais rendre visite à France Azema.
Sonnette, code, grille, sonnette, code ascenseur… La porte s’ouvre et je suis immédiatement transportée dans un autre univers, celui de l’Inde !
Plus que la décoration de l’appartement qui est très accueillant, je suis saisie par son atmosphère de sérénité. France dégage elle aussi une paix intérieure qui lui donne un sourire lumineux.

« Installez-vous, je vais vous préparer un chaï. Vous aimez le chaï masala?
– Oui, avec plaisir. Je bois plus régulièrement du café, mais j’aime beaucoup le chaï et le chaï masala plus particulièrement,
 qui représente pour moi la boisson de la convivialité. »
(J’en avais déjà bu chez Julie qui m’avait expliqué que Masala c’était un mélange d’épices. J’avais vraiment beaucoup aimé sans jamais retrouver ce goût !)

Je regarde France s’activer devant ses fourneaux à mon plus grand ravissement car il ne s’agit pas ici de faire du « thé sachet » non, la préparation est minutieuse et empreinte d’un savoir-faire très plaisant. Je réchauffe mes mains contre la tasse et c’est déjà un délice. L’odeur de ce breuvage, thé noir et lait concentré laisse entrer en moi un vrai moment de partage. France m’explique que cette façon de préparer le chaï se rapproche le plus possible de celle des Hindous qui utilisent le lait de Bufflonne. Un vrai délice de saveurs…

11023809_1565625320377114_3688443015583810384_nFrance Azema est la fondatrice de la Maison de l’Inde et de l’Inde à Toulouse, il en est question tout au long de l’année et plus particulièrement ces temps-ci puisque nous sommes en pleine période du Festival des cinémas indiens qui se déroule à la Cinémathèque. Aujourd’hui nous allons parler de l’événement du 17 mai prochain…

J’écoute France qui commence par me parler d’elle, à ma demande, et qui me parle de son Amour de l’Inde. Elle me parle, me raconte « les Castes, Pur et Impur, Intouchables… On naît Hindou, on ne le devient pas… »
J’ai le bénéfice en direct d’un immense savoir et d’une passionnée qui transmet et partage le fruit de ses études et des expériences.

Viens avec moi écouter l’anthropologue France Azema te parler de sa passion pour l’Inde…

Christine Valat : nous sommes au coeur de Toulouse et pourtant, dans votre espace de vie, nous sommes dans un autre univers, celui de l’Inde. Qui êtes-vous France Azema?

France Azema : je m’appelle France, mes amis en Inde m’ont donné le nom de Fara qui signifie « joie ». J’ai deux amours, mon pays et l’Inde !
Les deux prunelles de mes yeux sont mes deux fils – à qui j’ai transmis mon goût pour des voyages. Depuis leur départ, mes deux chats m’entourent d’un amour en poils.
Depuis plusieurs années, je partage mon temps entre la France, l’Inde et les pays où je fais des conférences… Et une nouvelle découverte : une passion naissante pour Hawaii.
J’ai l’âme militante. J’ai milité pour le Tibet et ai rencontré à plusieurs reprises Sa Sainteté le Dalai Lama, j’ai milité contre le sida, je milite pour la cause de femmes et pour la sauvegarde des tigres en Inde (… Mais ce n’est pas simple de parler de soi. Mon entourage en parlerait mieux que moi !)

C. V : d’où vous vient cette passion pour une terre si lointaine ?

F. A : c’est une question difficile. Cette passion remonte à très longtemps car déjà enfant, ce pays me fascinait… Jusqu’à ce que je franchisse le pas de l’imaginaire pour me confronter à la réalité, je devais avoir 18 ans.
Éduquée dans une institution religieuse, j’ai été très jeune confrontée aux approches spirituelles. Cela m’a rapidement amenée à me poser de nombreuses questions. Mais, je n’obtenais pas de réponse ! J’ai donc, par moi-même, cherché dans d’autres lignées religieuses. Et de fil en aiguille, j’ai non seulement trouvé des réponses – dans un livre traitant du vedanta – mais cela m’a ouverte à la profondeur d’un monde extrêmement intéressant que je comprenais et qui correspondait à mes recherches intérieures personnelles.
Une fois en Inde, le pays m’a beaucoup séduite, je m’y suis sentie bien. J’ai donc, naturellement, orienté mon cursus professionnel vers l’Inde.
Et alliant mon engagement pour la « cause féminine » et mon amour pour l’Inde, je suis arrivée à l’anthropologie indianiste avec un détour par la sociologie de genre.
Enfin, je me suis spécialisée dans les religions de l’Inde et surtout sur les femmes dans la religion. J’ai eu la chance d’y vivre quelques années et d’y retourner très régulièrement dans le cadre de mes recherches.

C.V : Toulouse est la 2ème ville indienne de France (après Paris). A ce titre, vous sentez-vous soutenue dans vos projets, vos événements et vos objectifs ?

F. A : je suis très heureuse car depuis peu, la Mairie de Toulouse nous soutient fortement dans nos activités. Il est vrai qu’aujourd’hui la population indienne (et de culture indienne) fait partie du paysage toulousain, nous y rencontrons de plus en plus d’étudiants suite aux conventions entre universités françaises et indiennes et des ingénieurs de haut niveau.
L’Ambassade de l’Inde est très reconnaissante de nos actions en faveur de la culture indienne et nous soutient, nous aide, nous sollicite aussi.
De plus, notre réseau ne cesse de s’étoffer : de plus en plus d’associations – humanitaires, culturelles ; de plus en plus de professionnels des arts indiens (non seulement de Toulouse, mais aussi de Pau, de Bordeaux, même de Nice et de Paris), les écoles de yoga ; les communautés indiennes, mais aussi mauricienne, réunionnaise et même antillaise.

C. V : Holi, qui sera fêté en place du Capitole le 17 mai prochain est une fête très « colorée ». D’où vient cette tradition ? Pourquoi toutes ces couleurs ?

11021127_1565625283710451_8829760182513480101_nF. A : Holi est le festival indien des couleurs. Il symbolise l’unité et la fraternité. Un peu comme pour nos carnavals, il est dit que lors de Holi toutes les classes sociales, tous les âges, tous les sexes sont unis dans la même gaieté, dans la même envie de célébrer l’arrivée du printemps.
C’est l’occasion, en se jetant des poudres colorées ou de l’eau colorée, de casser les barrières des discriminations parce que tout le monde devient identique et oublie toutes les règles rigides imposées par la société.
Holi est célébré le jour de la pleine lune – généralement en mars. La nuit qui précède Holi, les Indiens allument un grand feu pour brûler le démon Holika. C’est lui qui donne son nom à la fête.
Cela marque aussi la célébration de tout ce qui est bien dans ce monde et la destruction du mal. La légende dit que le roi Holika causait la terreur dans tout le pays. Il voulait que tout le monde le vénère comme un dieu. Il punissait tous ceux qui ne le vénéraient pas. Son fils était tout son opposé : un bon et gentil garçon. Un jour Holika le trouve en pleine méditation, il se met en colère et lui dit qu’il ne doit pas prier un autre dieu que lui. Holika est tellement en colère qu’il décide de tuer son fils à titre d’exemple. Il le place devant un troupeau d’éléphants sauvages pour qu’il se fasse écraser. Vishnou, le dieu de la préservation de la vie vient le sauver, ceci est bien sûr considéré comme un miracle. D’autres miracles de ce genre se produisent, jusqu’au moment où Holika décide de s’immoler par le feu avec son fils dans ses bras. Ce dernier reste très calme et chante les prières à Vishnou qui vient le sauver. Et Holika reste, lui, enfermé dans le brasier.
Mais il y a une autre légende très jolie sur Holi. C’est celle de Krishna – un avatar de Vishnou. Krishna est toujours représenté de couleur bleue. Il est amoureux de Radha une fille de haute caste. Sa peau est très claire. Sa couleur sombre complexe beaucoup Krishna par rapport à Radha. Il est un enfant très espiègle.
Un jour sa mère lui dit : « Si la couleur de peau de Radha te gêne tant, tu n’as qu’à l’asperger de couleur, ainsi elle sera comme toi ». Alors, Krishna la prend au mot, se cache dans un arbre et lorsque Radha passe, il l’asperge de poudre de couleurs. Ce serait donc depuis que tous les ans en Inde, on se jette des poudres de couleurs sur le visage.

C.V : sans entrer dans un débat qui ne manquerait certes pas d’intérêt, mais qui n’est pas la raison de cet interview, que pouvez-vous dire des conditions de vie de la Femme indienne, vous qui y avez vécu?

F. A : nous avons tous été marqués, il y a quelques mois, par la mort d’une jeune étudiante suite à un viol collectif dans un bus. L’insécurité est réelle pour les femmes, toutes s’accordent pour le dire, essentiellement dans les grandes mégalopoles.
Il y a aussi l’illettrisme, le manque d’éducation, le problème des dots et surtout le sex-ratio qui selon les états peut atteindre quelque chose comme 800 femmes pour 1000 hommes.
Ayant travaillé sur le terrain pour des associations d’aide aux femmes et pour le Centre de Women Empowerment, je ne peux qu’être sensible à ces problématiques.
C’est d’ailleurs en intervenant dans un bidonville du nord de Delhi auprès des femmes que j’ai reçu les plus grandes leçons de vie : elle démontraient leur force, leur détermination. C’est sans doute grâce à elles que j’ai eu envie de travailler sur cette puissance féminine.
La religion hindoue accorde aux femmes une place relativement unique. Elles ont en elles la Déesse. Un proverbe indien dit : « une maison sans femme est inauspicieuse ». La femme fait entrer la déesse dans le foyer et en assure la protection. C’est pourquoi, les femmes sont vénérées à l’intérieur de la maisonnée.
Ce qui est intéressant d‘étudier c’est la dichotomie entre statut domestique et statut social des femmes. Ce qui me gêne est le fait que les médias ne montrent que l’aspect victimisant des femmes. Je ne nie pas ces problèmes et soutient les actions engagées pour les aider mais, il me semble important de dévoiler un autre aspect.
Pour avoir vécu avec elles, dans des villes du nord de l’Inde ou dans des villages, j’ai rencontré des femmes très fortes, très actives loin des « femmes soumises » et « victimes » que l’on veut voir. Des femmes qui s’engagent, des femmes qui créent, des femmes qui regroupent.

C. V : merci France de votre engagement, de votre accueil. Je terminerai si vous le voulez bien par souligner que votre Association, Les Portes de l’Inde en Midi Pyrénée se joignent au monastère de Kopan de Katmandu pour récolter quelques fonds lors de Holi. Avec près de 6000 personnes inscrites, même 1 ou 2 € par personne, ce sera une aide considérable. Les moines de Kopan font un travail remarquable dans des zones où les ONG ne vont pas. C’est important!

France et son association ainsi que tant d’autres vous attendent le 17 mai à partir de 11H place du Capitole pour une journée haute en couleurs.

Au programme, du yoga, de la danse et la musique avec Ravi Prasad.
Des conférences aussi, des contes pour enfants et pour les plus grands…
Des couleurs partout, de la joie partout, des boutiques aux charmes envoûtants et des associations humanitaires. La Place du Capitole à Delhi… Fabuleux voyage.

La page Facebook de l’association.
Le blog.

11128482_10153335861249642_6292124461094051116_o-2

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?