Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

La grainothèque a trouvé où prendre racine…

articlegraine

C’est à la médiathèque José Cabanis que s’est tenue samedi 7 mars l’inauguration de la première grainothèque participative et libre d’accès de la ville ! Derrière l’initiative, deux associations : Partageons les jardins et Graines de troc, la première promouvant des initiatives autour des jardins de la région toulousaine, la seconde spécialisée dans la défense de la biodiversité à travers l’échange de graines.

La grainothèque, ce sont des centaines de graines qui peuvent désormais être troquées, dans un esprit de partage et de découverte. Tu y déterreras des semences de toutes sortes, issues d’un passé pas si lointain où la diversité de nos légumes n’était pas encore bridée par la main-mise des grands semenciers sur la production agricole. Ainsi, les betteraves rouges d’Égypte et navets roses de Milan viendront faire voyager les papilles du premier qui voudra bien les faire pousser ! Seuls impératifs : échanger ce que l’on prend contre ses propres graines, non hybrides et bien emballées dans une enveloppe annotée du nom, de la provenance, et de la date de récolte. Que ce soit immédiatement ou, pour les débutants qui n’ont rien encore à échanger, dans la durée. Des sachets seront même disponibles pour qu’on puisse prélever la quantité la plus adaptée.

Hop hop hop, pas si vite !… Non hybrides ? Ah parce qu’il y a des hybrides ?

articlegraine3Et oui, c’est que tout le monde ne connaît pas l’usage quasi-hégémonique des plantes F1 (pour Fécondation 1), aussi appelées plantes hybrides. Ces hybrides ne donnent pas de la tomate-aubergine ou du citron-banane, rassurons-nous – de telles créatures auraient été, je gage, facilement démasquées par le consommateur attentif. Il s’agit en fait de croiser deux lignées différentes d’une même espèce, afin d’en donner une troisième optimisée pour la culture moderne et productiviste. Jusque-là, rien qui ne soit si choquant. Sauf que ces F1 ont une sérieuse limite : ressemer leurs graines serait contre productif, avec des pertes de rendement très importantes… C’est parfois même impossible, les plantes étant stériles ! En cause, la disparition potentielle chez les F2 (pour Fécondation 2) de certains gènes qui avaient été sélectionnés par croisement. Conclusion, il faut donc racheter de la semence F1 à notre bon semencier.

Et si dans nos pays industrialisés cela ne fait jamais que pousser les agriculteurs à sortir le chéquier, les enjeux sont tout différents en Afrique et en Inde – où les paysans sont contraints au rachat par les lois implacables de la génétique.

Mais ce n’est là ni l’endroit ni le moment d’évoquer ces graves questions. Non, car tout louable qu’elle soit, cette grainothèque n’a pas vocation à changer les vergers de pommes Granny en arcs-en-ciel de pommes Cloche, Ravaillac et Cabassou, mais simplement à promouvoir la formidable diversité existante au travers de notre potager, petit ou grand, et à sensibiliser le public de la médiathèque.

La problématique reste donc qu’il te faudra des graines non hybrides, et qu’elles ne sont pas si simples à différencier de celles que l’on trouve dans les fruits et légumes de supermarché. Elles ne brillent pas dans le noir, pas plus qu’elles ne sentent la guimauve, donc tu n’auras (presque) jamais aucune certitude. La norme AB ne prévoyant pas l’exclusion des hybrides, ta courgette de chez Biocoop n’est guère plus sûre qu’une tomate espagnole. Si tu as un potager issu des graines de tes parents ou grands-parents qui font leur jardin depuis toujours, il est très probable que tu sois à l’abri. Mais autrement, comment s’en procurer ? Soit en demandant : le vendeur connaît la variété qu’il vend (oublie donc les supermarchés si tu veux initier un potager viable) ; soit en achetant directement chez un semencier spécialisé tel que Kokopelli, conseillé par Jean-Arthur, « bénévole de passage » chez Partageons les jardins. Ils sont réputés dans le milieu. La dernière solution consiste bien-sûr en un échange sur la durée, basé sur la confiance, avec la grainothèque. Emprunte donc des graines, que tu n’auras qu’à restituer dans des quantités similaires ou supérieures une fois tes légumes récoltés !

articlegraine2

La grainothèque devrait rester en place le plus longtemps possible, au premier étage de la médiathèque, entre les pôles Sciences et Société. Céline, une seconde bénévole, est confiante. Elle sait que le risque tient en ce que la diversité proposée peut se réduire au fil du temps, car les variétés apportées en premier lieu par l’association elle-même sont parfois rares. Mais tant que l’on continuera à la  fournir en graines de roses trémières et autres courges spaghettis – comme ce fut le cas le premier jour –, elle devrait perdurer.

Pour que, espérons-le, nous retrouvions notre vieil ami le potager, et tant pis pour le pléonasme.

 Crédit photos Cabinet Buffi / Médiathèque José Cabanis

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?