Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

J’ai testé pour toi : -110° à Toulouse, maillot de bain recommandé

Photo1

Pour toi Petit Padawan (et parce que j’ai un instinct de survie pas très développé) j’ai testé la CCE ou Cryothérapie Corps Entier. Le principe : passer 2 à 3 minutes dans une chambre froide. Tu vois ce que c’est un sauna ? Bon et bien c’est pas ça. C’est même tout l’inverse : il fait froid et c’est un froid sec… à -110°.
Viens, on franchit ensemble la porte d’Oxalyde Santé à Toulouse.

Comment ça se passe ?

Photo2D’abord je remplis un formulaire santé. Mélanie, infirmière, me pose quelques questions : ai-je subi une opération trauma ? Est-ce-que je suis un traitement ?

Les formalités passées, place à la deuxième étape : la tenue ! Tout est dans le look, très important le look. Primordial même. Le maillot, les grosses chaussettes, les gants de ski, le bonnet, le masque de chirurgie et comme un fashion faux pas ne vient jamais seul… : les Crocs blanches au pied.

Je suis prête pour le grand froid.

Cela ne se voit pas, à cet instant précis j’hésite à sortir en courant mais ma tenue me retient…

La séance de cryothérapie se fera à plusieurs. Deux autres femmes attendent plus ou moins vaillamment devant la cabine.

Mélanie prend notre tension et notre température.

Voici les instructions : bien inspirer par le nez et expirer par la bouche lentement. Se détendre, ouvrir ses bras pour profiter. Nous buvons ses paroles.

Mélanie nous ouvre les portes du pays magique du grand froid. 1, 2, 3 Go go go !

Nous sommes dans le premier sas à -60°. De la musique pop est diffusée. Mélanie nous rassure en nous parlant à l’aide d’un micro et en maintenant un contact visuel via la vitre.

La sensation de froid n’a rien à voir avec ce que je pouvais m’imaginer à -60°. J’ai l’impression qu’il fait -3° -4°. Ce n’est pas agréable certes mais ce n’est pas douloureux.

Déjà les 40 secondes sont écoulées, je ne les ai pas vues passer.Photo3

Ouvrez le deuxième sas nous dit Mélanie.

J’ouvre la porte… Les -110° me happent. Le froid me saisit, j’inspire par le nez. Erreur. Je crois manquer d’air et je sors à l’air libre (et chaud).

Je vois mes deux partenaires de cryothérapie qui dansent dans la deuxième cabine. Mélanie me laisse reprendre mon souffle pendant 15 secondes, m’apaise. Je sais que mon grand ennemi est ma peur instinctive mais non justifiée. Je prends sur moi. Si elles peuvent, je le peux aussi.

J’y retourne. Je passe le premier sas puis le deuxième.

Le froid est puissant. Les cils des autres sont couverts de givre. Les miens aussi probablement. J’ai très froid mais le décompte à voix haute de Mélanie m’aide à tenir. Je vois que mon corps réagit : la chair de poule, les poils des bras hérissés. Je n’ai pas mal, j’ai froid et c’est supportable. Au bout de 2 minutes, Mélanie m’invite à sortir.

Je sors heureuse.

Photo4

Et à peine ai-je mis un pas en dehors de la cabine que je regrette de ne pas avoir fait 30 secondes supplémentaires. Ici la douleur est une illusion. L’appréhension a nourri ma perception. Mes deux copines de cryothérapie (oui on est devenues copines, le froid ça réchauffe les liens) et moi éclatons de rire. Nous sommes fières de nous.

Mélanie s’empresse de vérifier que nous allons bien : questions, prise de température et de la tension.

Et alors ? Après ?

Je me sens bien, joyeuse.

Je me sens aussi hyper intelligente. La petite-fille cachée d’Einstein c’est moi. L’impression de penser à 10 000 à l’heure et d’être limitée par ma bouche qui ne peut pas transmettre oralement toutes les pensées qui me traversent chaque seconde… Cela arrive souvent me confirme Mélanie.

Je ressens une fatigue saine comme si j’avais fait une séance de natation.

3 heures plus tard, le deuxième effet kiss cool : je plane. Je suis sereine. Je vais dormir comme un bébé.

Le lendemain ? Ma peau me semble lumineuse. J’ai la sensation d’avoir plus d’énergie et je fais en 24 heures les tâches que je fais en deux jours habituellement. Trois jours plus tard, je trouve que j’ai globalement bonne mine. Moins de coups de pompe dans la journée. Mon énergie est constante, j’ai moins de grosses chutes de tension en journée, elle faiblit progressivement avec la fatigue. (NDLR : et deux semaines plus tard Eva pète la forme on te le confirme !)

Témoignage : sclérose en plaque, les bienfaits de la cryo

MichelleJe te présente Michelle.

Michelle a tenu à témoigner de son expérience afin que ceux et celles, qui comme elle, sont atteint d’une maladie auto-immune, sachent que la cryothérapie peut, peut-être considérablement, améliorer leur santé et leur quotidien.

Michelle, peux-tu nous indiquer comment tu as été diagnostiquée atteinte de la sclérose en plaque (SEP) ?

Il y a 4 ans, je fête mes 40 ans… De grosses douleurs à la tête qui ne ressemblaient pas à la migraine… Je consulte mon médecin généraliste qui me prescrit une batterie d’examens : un scanner et une IRM. Une ponction lombaire confirme le diagnostic : je suis atteinte de sclérose en plaques. Mon monde ne vacille pas. Mettre un nom sur la maladie, l’identifier, c’est commencer à la combattre.

Quels traitements as-tu alors suivis ?

Pfff Plusieurs… Lors d’une poussée je suis traitée avec de la cortisone pendant trois jours au CHU Purpan. Puis, on m’a donné du Rebiff 22 pendant un an pour ralentir l’évolution de la SEP. Cela n’a pas été concluant : lors du contrôle IRM, on constate que la SEP progresse, qu’en plus des poussées j’ai des nouvelles plaques actives. Je change de traitement avec le Gilénya pendant 1 an et demi. Un échec également. La SEP progresse toujours plus avec des poussées et de nouvelles plaques actives.

Le traitement administré habituellement ne peut pas m’être donné pour des raisons médicales, je suis alors dirigée vers un protocole de recherche : le Lemtrada. Ce dernier consiste a être hospitalisée une semaine et à faire une perfusion chaque jour d’une durée minimum de 6 heures. Une fois les perfusions faites, j’ai un suivi mensuel et un bilan sanguin. Une année passe, j’entre dans la phase deux du protocole : 3 jours de perfusions associés au suivi sanguin…

A ce moment-là, cela fait déjà quatre longues années que je souffre de douleurs neurologiques : des brûlures apparaissent spontanément sur mon corps, mes muscles se raidissent, certains membres bougent tout seuls, des névrites optiques, des maux de têtes, des fourmillements, une importante fatigue… Et surtout des nuits trop courtes. Je dormais en moyenne 4 heures en pointillé (la douleur me réveillait).

C’est à ce moment-là que tu testes la cryothérapie ?

Exactement ! j’en avais entendu parler en me renseignant sur le web, j’ai vu que qu’un centre, Oxalyde Santé, venait d’ouvrir à Toulouse. J’en ai donc parlé à la secrétaire de recherche afin de lui demander si je pouvais le faire sans risque. Une chance : un nouveau protocole de soins de cryothérapie était prévu. Je m’y suis inscrite.

Comment se passe ta première séance de cryothérapie ?

Je suis à la fois heureuse de participer à ce protocole que je considère comme une chance, et stressée. Vais-je paniquer ? Comment mon corps va t-il réagir ? Nous étions un groupe de 10. Après quelques blagues et sourires, nous nous sommes lancés. Je suis entrée dans la cabine à -60° pendant 30 secondes puis dans la cabine à -110° pendant 2 minutes 30. J’ai tremblé comme jamais. De tout mon corps.

Lorsque je suis sortie j’étais fière de l’avoir fait et aussi… heureuse de voir qu’on se réchauffe très vite.

Et après cette première séance de cryothérapie ?

Après la séance de cryo, je suis allée travailler. Je n’arrêtais pas de frissonner. Cette nuit-là, pour la première fois depuis 4 ans, j’ai dormi ! Une belle et longue nuit sans chercher le sommeil, sans aucune coupure. Au réveil j’étais juste magnifiquement bien sans aucune douleur.

Et ensuite ?

Je suis donc retournée a la deuxième séance de cryothérapie avec encore plus d’enthousiasme. Pour cette séance et celles qui suivront, je passerai 30 secondes dans la cabine à -60 ° pendant 2 minutes 30 dans la cabine à -110°. Au total, j’ai fait 10 séances à raison d’une par jour, du lundi au vendredi.

Aujourd’hui, cela fait plus de deux mois que j’ai fait ma dernière séance de cryo et aucune de mes douleurs n’est revenue. Je me sens chanceuse que la cryo ait si bien fonctionné sur moi, que mon corps soit aussi réactif à ce choc thermique.

Le protocole prévoit de nouvelles séances : une par jour pendant une semaine puis une par semaine afin de garder le bénéfice… Je n’ai pas encore les dates mais j’ai déjà une certitude : même lorsque le protocole sera terminé, je continuerai de faire de la cryo.

Pourquoi ? Pour ne plus prendre de cachet contre les douleurs, pour continuer à récupérer une meilleure performance dans le périmètre de marche. En fait, je revis… J’ai même dit à mon neurologue que je me sentais comme avant ma SEP, que je me suis retrouvée, moi Michelle, celle que j’étais avant, avec ma joie de vivre, mon énergie et mes projets.

Que dirais-tu à quelqu’un atteint, comme toi, d’une maladie auto-immune et qui a peur de tester la cryothérapie ?

Que la peur n’évite pas le danger et que le seul moyen de savoir si ça fonctionne c’est de l’essayer.

Entre souffrir, prendre des cachets et être mal ou bien tenter la cryo, surmonter ses peurs, ne plus avoir mal, ne plus prendre de cachet antidouleur, mon choix est fait.

Pour moi, c’est le meilleur des soins non médicamenteux après le courage et de la force d’esprit…

Cela reste mon expérience, le résultat sur mon corps et sur ma pathologie. Chaque personne réagit différemment.

L’Expert : l’avis du Professeur Brassat

David BrassatDavid Brassat : Neurologue, chef de service au CHU de Purpan, Professeur des Universités, chercheur à l’INSERM

Le Professeur Brassat s’associe en 2015 avec Mélanie Girault, infirmière diplômée d’Etat. Ils créent ensemble Oxalyde Santé qui, de fait, permet à la région toulousaine de se doter de la première unité de Cryothérapie Corps Entier double chambre Mécotec.

Pouvez-vous nous expliquer les effets du froid dans le cadre de la cryothérapie corps entier sur le corps ?

L’action de la cryo se fait à différents niveaux :

Premièrement, une meilleure conduction nerveuse. C’est un phénomène proche de la physique puisque un fil électrique plongé dans le froid conduit plus vite.

Deuxièmement, la différence de température déclenche une cascade d’évènements physiologiques. Ils aboutissent à la sécrétion de neuro-hormones comme la dopamine (hormone de la récompense) et la sérotonine (hormone du bonheur). Ainsi, l’anxiété et la dépression diminuent. Le sommeil s’améliore.

De plus, il y a stimulation de l’axe corticotrope : c’est la cortisone naturelle (un stimulant).

Il y a aussi les phénomènes vasculaires qui expliquent une meilleure récupération après l’effort (évacuation de l’acide lactique) et une diminution des conséquences des traumatismes ; on sait, par exemple, qu’il faut mettre du froid après s’être pris un coup de marteau sur un doigt.

La cryothérapie peut avoir un effet amincissant. On brûle à peu près 800 calories lors d’une séance si on ne se jette pas sur un plat de tartiflette après.

Il a été remarqué que des souris exposées au froid vivent plus longtemps. Bien sûr, le modèle animal n’est pas toujours applicable à l’homme mais ces données expérimentales sont intéressantes.

Enfin le froid a des propriétés positives sur la peau avec un effet de type lifting et stimulation de cellules collagènes. La cryothérapie est très utilisée aux Etats-Unis dans le domaine de l’esthétique.

Pourquoi les sportifs en sont-ils si friands ?

Pour toutes les raisons citées précédemment et pour la stimulation, la récupération, la diminution des traumatismes (footing, rugby, etc.) et le côté euphorisant car le moral est bon pour le sportif.

Quels sont les bénéfices du grand froid dans le cadre de la SEP ?

C’est un effet transitoire sur les symptômes améliorant la conduction nerveuse. Il n’y a pas d’action directe a priori sur les mécanismes intimes de la maladie (c’est le système immunitaire). Il peut y avoir une brève augmentation de la contraction musculaire mais aucun des 50 patients vus en protocole ne s’est plaint d’effet indésirable

En dehors de la SEP, y a t-il d’autres maladies sur lesquelles la cryothérapie donne des résultats encourageant ?

Toutes les maladies auto-immunes, la fibromyalgie, les troubles du sommeil, les maladies rhumatologiques auto-immunes ou non…

Et demain, quelles applications de la cryothérapie ?

Je pense que l’esthétique (lutte contre le vieillissement et contre la cellulite) ainsi que les troubles du sommeil devraient s’emparer de la technique.

Oxalyde Santé

112, chemin de la Flambère

31300 Toulouse

Le site, sur Facebook et Twitter.

Les portraits de Michelle et du Professeur Brassart ont été fournis par eux-mêmes. Les autres photos sont d’Eva Kopp. 

Tu aimeras sûrement aussi...

2 Commentaires

  • Répondre Eric 5 novembre 2015 at 19 h 48 min

    J’ai a-do-ré cet article ! Bravo Eva ! Ça donne vraiment envie d’essayer !!!

    • nathalie gautreau
      Répondre nathalie gautreau 20 novembre 2015 at 15 h 55 min

      Id’aime comme dirait Macha. Mais je ne suis pas assez coups-rageuse pour aller jusque là… Tu me diras Eric, si tu as testé ? Un Hulk bleu, c’est assez rare pour valoir le coup d’oeil 😉

    Un commentaire à faire ?