Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

Destination Maroc

 

            A travers le hublot j’observe la pluie froide de février se déverser sur la ville.  Le cœur en voyage et le poing serré  je  déteste  toujours autant les décollages. Alors que deux petites heures me séparent du soleil marocain, mon corps glisse lentement vers le sommeil. J’adore ouvrir les yeux sur un nouveau décor.

 

mar7

« En vérité, je ne voyage pas, moi, pour atteindre un endroit précis,
mais pour marcher : simple plaisir de voyager. »
Robert Louis Stevenson

A l’arrivée, l’aéroport de Marrakech s’étale sous un soleil radieux et les palmiers forment une allée qui semble nous accueillir.
L’air est chargé de poussière et notre hôte à la peau dorée s’approche, sourire chaleureux et bras ouverts : « assalaamu `alaikum  السلام عليكم  » s’exclame-t-il pour nous saluer.
Alors que notre voiture file à toute allure sur l’avenue Mohammed V j’ai le nez collé à la vitre. Bâtiments teintés de rose, chameaux et orangers défilent sous mes yeux.

La ville est agréable, et le soleil semble rendre les gens foncièrement heureux.
Marrakech, subtil mélange d’orient typique et de nouvelles villes aux allures occidentales, semble vibrer au rythme d’un flegme très singulier.

J’ai vu, j’ai aimé :

  • La place Jemaa el-Fna, marché où l’on peut siroter un jus d’orange excellent et savourer des dattes tout en regardant les charmeurs de serpents et autres artistes locaux. Le soir venu, la place se transforme en banquet géant, d’immenses tables sont dressées au milieu des étals et il ne vous reste plus qu’à choisir les spécialités locales et à les apprécier dans une ambiance joyeuse et typiquement marocaine. Cette place est l’endroit idéal pour entamer ou finir la visite classique de la vieille ville, placée aux portes du souk et de la Médina.
  • Le souk, cet incontournable marché marocain est un agréable labyrinthe où se mêlent tapis et tissus de toutes les couleurs, lampes, cuivres, bijoux et autres objets typiques.
  • La Médina, ruelles sinueuses aux odeurs d’épices, fontaines, patios et jardins d’orangers font de cet endroit un lieu de rêveries. Elle est la plus étendue du Maghreb et classée au patrimoine mondial de l’Unesco.
  • La Ménara, vaste jardin où les familles viennent s’installer à l’ombre des oliviers le temps d’un pique-nique. Au milieu du jardin se trouve un pavillon, orné d’un bassin. La légende raconte que le sultan noyait ses prétendantes dans le bassin après les avoir séduites. L’endroit n’en reste pas moins typique et agréable.
  • Les tombeaux Sâadiens, vestiges de l’âge d’or, ces restes  » uniques  » de la dynastie Sâadienne ont été découverts seulement en 1917. On vient y admirer les mosaïques qui ornent les tombeaux à l’ombre des orangers.

Entre agitation et excitation, je traîne ma valise en direction de la gare de bus. A cette heure-ci une foule de Marraki se pressent autour des véhicules. Moyen de transport le moins cher pour aller travailler à l’extérieur de la ville, le bus en direction des terres du haut Atlas est plein comme un œuf. Dans cette effervescence matinale, encore une fois je colle le nez à la vitre et regarde défiler le paysage. A ma grande surprise nous sortons très vite de la ville et les grandes voies laissent place à de petits chemins terreux. Les roues se heurtent aux rochers et la balade est gentiment agitée. Dehors, la terre est rouge et les habitations se font rares. De belles mosquées aux dorures parfois écaillées bordent les routes.
Après une heure et demie de trajet, le bus nous dépose dans la « dernière ville » avant la vallée de l’Ourika. Un taxi prend le relais et nous empruntons alors un chemin que je n’aurais jamais cru praticable en voiture. De chaque côté de la route de petites cascades se faufilent aux travers des rochers et des ânes chargés de sacoches pataugent dans la boue teintée de rouge.
Le petit hameau (situé à quelques kilomètres de Setti-Fatma) où se trouve notre hôte est absolument charmant.

village berbère

 

Ici, tout semble authentique. Le paysage, mélange de champs, de figuiers de barbarie et de montagnes rocailleuses au milieu desquelles se glisse un fleuve colérique : l’Oued Ourika. Idéal pour les randonneurs.
Guidée par un jeune du village, je m’embarque pour une marche d’environ 5 heures. Les montées sont parfois rudes mais la vue est imprenable, mon guide me fait rêver avec ses histoires d’anciennes mines d’or enfouies dans les cavernes, ses hammams dissimulés dans les bicoques berbères et la solidarité des villageois face aux caprices du fleuve qui déborde régulièrement.

J’ai vu, j’ai aimé :

  • Les différentes randonnées dans la montagne, il est absolument nécessaire d’avoir un guide car le terrain est dangereux et si vous voulez approcher les villageois il est toujours bon d’avoir un intermédiaire.
  • Le site des cascades de Setti-fatma, bien que très très touristique toute l’année ce site est magnifique et facilement accessible.
  • Les villages berbères, admirez la simplicité de ces habitations et l’organisation de ces villages hors du temps.
  • La coopérative féminine, fabrication de toutes sortes de produits à base d’huile d’argan allant du savon à la crème de dégustation. La fabrique vous offre une rétrospective du fonctionnement d’extraction de l’huile ainsi que quelques échantillons.
  • Dormir chez l’habitant, notre hôte, modeste et installé dans le village depuis plus de 40 ans nous a offert un séjour typique et nous a permis de goûter un tajine exceptionnel. Le soir nous restions à table jusque tard dans la nuit en l’écoutant nous raconter les histoires du coin.

Deux jours de halte dans ce village ont rechargé mes batteries et je suis prête pour la longue route vers Essaouira.
La nuit commence à tomber lorsque le bus s’arrête devant la porte sud de la ville blanche.  Le bruit du ressac de la mer et la mélodie du vent me promettent une belle nuit à l’intérieur de la cité.

 

mar8

Un point historique car il est impossible de saisir toute la beauté de cette ville plutôt singulière sans connaitre son histoire.

Ce sont les Phéniciens  qui ont amorcé son histoire en faisant escale dans l’île de Mogador lorsqu’ils descendaient vers l’Afrique noire. Vinrent ensuite les Romains qui y installèrent un centre de fabrication du pourpre. Les Portugais y établirent plus tard un détachement militaire puis un comptoir commercial. On y échangeait des produits manufacturés en Europe contre de l’or, du sel, du sucre, des plumes d´autruche. C’est ainsi que la ville de Mogador se développa jusqu’au XVIème siècle.
Lors de l’indépendance du Maroc en 1956, la ville redevient Essaouira et prend un grand virage. La cité devient le refuge privilégié des hippies. Orson Welles vint y tourner plusieurs scènes de son film « Othello » et Jimmi Hendrix et ses pairs de la « beat generation » y séjournèrent dans les années 60.
La température est clémente toute l’année et les sourires des habitants sont chaleureux. L’animation entre les murs blancs est indicible, on y croise des pêcheurs, commerçants et artisans, des artistes et touristes du monde entier, des enfants espiègles disparaissant au coin des ruelles tortueuses. Ici, il n’y a pas de « à voir » ni « à faire », il y a juste à ressentir et à se laisser porter.

Je suis rentrée à Toulouse avec l’envie de retourner dans ce pays, d’en voir encore plus. C’est un voyage que je conseille, il ne coûte pas cher et il fait du bien à l’âme. 

 

 

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?