Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

Conférence sur le Gwoka, Montauban, Toulouse et Bordeaux au rythme des percus…

GwokaUnescoSiteWeb

Le gwoka est un genre musical de la Guadeloupe. Il est principalement joué avec des tambours appelés ka. Les autres instruments sont le chacha (une sorte de maraca) et le tibwa (instrument formé de deux baguettes de bois qu’on frappe sur l’arrière du tambour ou un morceau de bambou). Les chants du gwoka sont généralement gutturaux, nasaux et rugueux, bien qu’ils puissent également être lumineux et lisses. Il peut être accompagné d’harmonies croissantes et de mélodies relativement complexes.
Cette musique tire ses origines dans la perpétuation de la musique africaine par les esclaves des anciennes plantations. L’étymologie du mot serait la déformation créole gwo ka de gros-quart, la contenance usuelle des tonneaux à partir desquels les esclaves confectionnaient leurs instruments. Pour eux, la musique était un moyen de fuite, d’évasion et de communication, au même titre que la langue créole guadeloupéenne. Cette musique, mal vue pendant longtemps dans la société, a survécu à la période post-coloniale, en s’affirmant comme première musique et danse de la Guadeloupe. Le Gwoka est inscrit depuis le 26 novembre 2014 sur la liste du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité par l’Unesco. Une inscription qui comprend à la fois la musique, les chants et les danses représentatifs de l’identité guadeloupéenne.

gwoka image

 

Jeudi 7 avril 2016 – 18 h 30 – Montauban – Auditorium de la MéMo
Vendredi 8 avril 2016 – 19 h – Toulouse – Espace des Diversités et de la Laïcité
Samedi 9 avril – 15 h – Bordeaux – Musée d’Aquitaine

edmony_krater

Edmony Krater

Pour Edmony Krater, titulaire du Diplôme d’État de percussions traditionnelles et professeur de percussions au conservatoire de Montauban ainsi qu’aux yeux de tous ceux pour qui cette musique possède un sens profond, l’heure est à la reconnaissance : une reconnaissance internationale, la plus prisée de toutes, de trois formes combinées d’expression culturelle et artistique, associant la musique, le chant et la danse, déclare alors Philippe Lalliot, ambassadeur de France auprès de l’UNESCO.

Christophe Montrose

Sous l’égide du Théâtre à Propos, Edmony Krater se joint à Christophe Montrose afin d’organiser les 7, 8 et 9 avril 2016 à Montauban, Toulouse et Bordeaux, un colloque en hommage à l’entrée du Gwoka au Patrimoine Immatériel de l’Humanité par l’UNESCO. Ils y associeront : Félix Cotellon, président du conseil d’administration de Rèpriz, Centre régional des musiques et danses traditionnelles et populaires de Guadeloupe (ONG UNESCO), qui nous dit : bien qu’il soit devenu la musique emblématique de la Guadeloupe et qu’il soit largement pratiqué aujourd’hui sous des formes diverses (Gwoka traditionnel, Gwoka moderne et usages dérivés) il n’est pas rare d’entendre dire des erreurs sur le Gwoka, même par ceux qui le pratiquent et l’enseignent. Il n’existe pas à ce jour de publication de référence présentant le Gwoka de ses origines à sa forme actuelle, sous un angle à la fois historique, musical et sociologique. C’est pourquoi, après consultation avec les porteurs de tradition qui ont bien voulu s’impliquer, Rèpriz s’est attelé à la préparation d’une bibliographie commentée…

Félix Cotellon

Lors de sa venue en Métropole, il fera part de l’histoire du Gwoka, de son influence politique et économique et présentera, en avant-première, un film sur son entrée au patrimoine immatériel de l’UNESCO.

  • Myriam Cottias, présidente du Comité National pour la Mémoire & l’Histoire de l’Esclavage, présentera Tambours & Rythmes des relations esclavagistes sur les plantations aux Antilles  et poursuivra par une présentation du CNMHE, de ses actions et de ses missions.
  • Jean-Marc Andrieu, directeur du Conservatoire de Musique et de Danse de Montauban, parlera de la création de la classe de percussions traditionnelles, dont le tambour Ka, confiée depuis 1999 à Edmony Krater.
  • Edmony Krater fera un retour d’expérience de cette classe et racontera son travail d’insertion du Gwoka dans la création des musiques actuelles. Il présentera également son cd livre Tanbou (prix Octogone et prix Francophone de l’Éducation Nationale).

Ces quatre témoignages seront clôturés par une lecture musicale du Cahier d’un retour au pays natal de Césaire interprétée par Edmony Krater (trompette et percussions), Christophe Montrose (récitant) et Frank Souriant (piano et percussions). Ce spectacle est labellisé par La Route de l’Esclave de l’UNESCO et la Fédération Française Pour l’UNESCO.

 

Trois jours de voyage pour le Gwoka

Jeudi 7 avril à La MéMo -médiathèque- à Montauban
18 h 30 | Réception officielle
Conférences de Félix Cotellon, de Myriam Cottias, de Jean-Marc Andrieu et d’Edmony Krater
Conte musical Tanbou par les élèves du Conservatoire de Montauban
Vendredi 8 avril à l’Espace des Diversités et de la Laïcité de Toulouse 
17 h 30 | Réception officielle au Capitole
19 h | Conférences de Félix Cotellon, de Myriam Cottias, de Jean-Marc Andrieu et d’Edmony Krater
22 h |Lecture musicale du Cahier d’un retour au pays natal de Césaire
Samedi 9 avril au Musée d’Aquitaine de Bordeaux
14 h | Réception officielle à la Mairie
Conférences de Félix Cotellon, de Myriam Cottias et d’Edmony Krater
18 h |Lecture musicale du Cahier d’un retour au pays natal de Césaire

Les intervenant-e-s

Félix Cotellon fut bâtonnier de 2005 à 2007, puis avocat inscrit au barreau de Guadeloupe depuis_DSC3513 1977. Responsable de la section guadeloupéenne de l’association caribéenne des juristes, et président du syndicat des avocats de Guadeloupe (SYAGUA) de 1995 à 2000, il fut aussi responsable de la première commission culturelle de l’Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe (UPLG) jusqu’à son départ de l’organisation en 1992. En Guadeloupe on le connaît surtout pour son action militante en faveur de la musique et de la danse traditionnelle, et pour le Festival de GwoKa (FGK) qu’il a fondé en 1988 avec le Comité d’Animation Sportive et Culturelle (CASC), une association dont il a assuré la présidence jusqu’en 2010. Grâce à l’expérience accumulée en tant que président du CASC-FGK, il s’est vu confier en 2002 par la DRAC-Guadeloupe la charge de mettre en place un centre de musique et danse traditionnelles. Son expertise en matière culturelle lui a permis d’être auditionné à Vittré, en février 2008, lors de la réunion du comité subsidiaire pour l’élaboration des premières directives opérationnelles de la convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Félix Cotellon préside le conseil d’administration de Rèpriz, Centre régional des musiques et danses traditionnelles et populaires de Guadeloupe depuis sa création en Juillet 2005.

Portrait M.Cottias-SiteMyriam Cottias, qui succède à Françoise Verges à la présidence du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, est historienne, directrice de recherche au CNRS. Elle est également directrice du Centre International de Recherche sur les Esclavages et du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (Université des Antilles-Guyane). Elle a publié de nombreux travaux sur les Antilles et la question de l’esclavage.

Jean-Marc Andrieu, est premier prix de flûte à bec, musique de chambre et solfège du Conservatoire National201412071423-full de Région de Toulouse. Musicologue, il se passionne pour la musique ancienne. En 1986, il crée à Toulouse un ensemble instrumental baroque qui deviendra en 1991 l’Orchestre Baroque de Montauban, puis Les Passions en 2003. A la tête de cet ensemble il est régulièrement invité par de nombreux festivals prestigieux. Il reçoit en 2008 L’Orphée d’or à l’occasion du 50ème anniversaire de l’Académie du disque lyrique à l’Opéra Bastille, en 2009 le Coup de Cœur de l’Académie d’Occitanie des Arts, Lettres, Sciences et Traditions Populaires à Toulouse, en 2010 le Prix Charles Mouly de l’Académie des Arts, Lettres et Science de Languedoc dans les salons du Sénat à Paris.  Il est directeur du Conservatoire de Montauban depuis 1991. Nous te parlions d’ailleurs de lui ici et.

Edmony_Krater_NBEdmony Krater, auteur, compositeur, percussionniste reçoit, en 1996, son diplôme d’État en percussions traditionnelles du Conservatoire de Lyon. La rencontre avec
Jean-Marc Andrieu sera décisive. En 1999, enthousiasmé par le langage des tambours afro-caribéens, Jean-Marc Andrieu crée une classe de percussions Ka où Edmony Krater va enseigner cet univers musical. Depuis 2001, plusieurs spectacles de danse, de musique et de théâtre sont montés à Montauban et par plusieurs compagnies au Québec, en Belgique….
Edmony Krater a appartenu à l’un des groupes phares, Guakasonné, à la fin des années 70, partie prenante du mouvement culturel et musical qui a su incorporer les instruments modernes à une pratique ancestrale. En effet, si le Ka est à l’origine un instrument de communication entre esclaves, il est demeuré omniprésent dans la vie sociale. En quête d’une transmission de cette culture, Edmony Krater a coécrit avec le peintre et auteur Piotr Barsony, un livre-CD Tanbou, qui conte l’histoire du tambour Ka, édité par Le Seuil-Jeunesse en 2000, et récompensé par le prix Octogone et le prix Francophone de l’Éducation Nationale. Son enseignement au Conservatoire de Montauban, diffuse, enrichit, dévoile et valorise un répertoire encore méconnu.
Il a sorti de nombreux albums : Kontak chez M10, en 2006, Jouwé Tanbou est produit par Nocturne. En 2007, il cofonde le groupe Béliz et sort l’album Mémoires suivi d’une série de concerts en France.
En 2015, Edmony Krater forme avec Christophe Montrose, comédien, et Franck Souriant, pianiste et percussionniste, le trio Madrépore. En s’inspirant des musiques traditionnelles antillaises ainsi que du gwoka-moderne, ils créent une lecture musicale à partir de l’oeuvre majeure d’Aimé Césaire : Cahier d’un retour au pays natal.

201505101520-full
Christophe Montrose d’origine martiniquaise, par son père, franco-allemande par sa mère, est1798662_653130238068613_966890312_n diplômé d’architecture, comédien, metteur en scène et auteur. Il a été formé notamment par Jean-Paul Cathala du Théâtre Avant-Quart, Mario Gonzalez (professeur au Conservatoire de Paris) ou encore Robin Renucci (directeur des Tréteaux de France), le Roy Hart Theatre.
Il a été un des fondateurs d’un collectif d’acteurs (ACT’AL) sur Albi, a joué des pièces antiques, classiques et contemporaines en France et à l’étranger, a dirigé de nombreux ateliers d’expression théâtrale, avant de créer sur Toulouse, le Théâtre à Propos. Il organise des lectures, écrit et met en scène des pièces, anime des stages professionnels et amateurs de théâtre et d’écriture. Il est agréé par la DRAC pour intervenir en milieu scolaire.

540970_3841926260022_1322327407_nFrank Souriant issu d’une famille de musiciens d’origine guadeloupéenne, se définit avant tout comme musicien de jazz. Pianiste autodidacte, après l’obtention d’une maîtrise de mathématiques et quelques années d’enseignement, il décide de devenir musicien professionnel. Amoureux de toutes les musiques du bassin caribéen (biguine, mazouk, calypso, latin jazz, reggae…) et bercé dès sa plus tendre enfance par les musiques brésiliennes, il se produit de 1980 à 1994 sur la scène antillaise, métropolitaine et québécoise. Vivant à Toulouse depuis 1994, il a enseigné le piano à l’école de musiques vivantes Music Halles. Fondateur des groupes Matouba et Kasayé !, il a accompagné de nombreux artistes tels Léa Souma, Pierre Vassiliu ou encore Richard Calleja, et s’est produit dans de nombreux festivals comme Jazz sur son 31, le festival de Vic-Fezensac, 31 notes d’été, Rencontres autour du piano, le festival de Montauban.

gwoka2

 

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?