Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

[Chronique littéraire] Valises de David Pascaud

Recueil de nouvelles de David Pascaud

«Un livre peut-il rendre un homme fou ? Non pas fou d’amour, […] mais cliniquement fou.» Valises – Le Tchekhov n°14

Couverture Valises BAT

Valises est un recueil de 12 textes, dans lesquels l’auteur David Pascaud se lâche totalement. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y met du sien. Et ça se sent.

Chaque histoire terminée nous donne la sensation étrange d’avoir pénétré l’intimité de cet homme. De découvrir une des nombreuses facettes qui forment cet être humain. Il n’a pas seulement écrit et rassemblé 12 nouvelles, il s’est livré et mis à nu à travers chacune d’entre elles.

Au fil des lectures, on l’imagine petit à petit quadragénaire, amoureux et (peut-être issu) de la région de Vienne et/ou de la Russie. Et intimement lié à l’Histoire (avec un grand H qui l’inspire). Une fois sa biographie lue, on ne peut que s’applaudir !

Le lecteur, pris inexorablement d’envolée empathique, comprendra vite le désir de David de calme et de paix. On peut voir ça comme la recherche d’une tranquillité éloignée par le succès, la fameuse rançon de la gloire qui transpire à travers chaque page. On décèlera paradoxalement une certaine forme de peur de la solitude, peur du quotidien monotone, et éventuellement de la vieillesse et du temps qui passe.

Joueur et provocateur, David Pascaud n’hésite pas à se faire avocat du diable lorsqu’il évoque le racisme et certaines heures sombres, en détournant les partis pris adoptés habituellement et consensuellement, et en bouleversant les codes. Un pari audacieux qui porte ses fruits tant l’effet de surprise présent dans certaines histoires fonctionne.

Au-delà de l’aspect exutoire de chaque nouvelle, c’est la rigueur du travail effectué qui est encore plus notable. Ainsi, une chose saute rapidement aux yeux du lecteur : le besoin de relire chaque historiette une fois finie.

En effet, plusieurs nouvelles proposent un deuxième effet Kiss-Kool à retardement sur les dernières lignes qui chamboule tout et amène à appréhender le récit dans un sens radicalement opposé.
Dans le même esprit, certaines laissent planer volontairement un doute sur les personnages, tout du long, pour en dévoiler l’identité en tout dernier.

Ce style si particulier de suspens nous tient en haleine du début à la fin. On se fait tous les scénari possibles en tête, chaque élément de l’histoire venant confirmer ou infirmer nos théories, jusqu’à ce que se dévoile la vérité. Et en général, on en était loin.

En sport, on appelle ça un contre-pied. Et c’est le genre de mouvement qui, quand on le subit, nous colle sur place par la beauté du style et l’audace d’exécution.

En parlant de style, celui de David est vraiment intéressant à étudier !

Photo de David Pascaux © Frédérick Lejeune 

Photo de David Pascaud © Frédérick Lejeune

Il dispose d’une faculté quasi hypnotique à nous décrire des instants de vie quotidienne au ralenti, dans leurs moindres détails, en les étirant au maximum. On se retrouve du coup avec souvent beaucoup de narration pour très peu de dialogues, donc amateurs de BD, soyez prévenus !

Cela donne au récit la sensation d’un temps qui semble s’être arrêté sur un point crucial, très précisément là où l’auteur veut nous emmener. C’est cette impression d’arrêt sur image qui rend les nouvelles grisantes de réalisme et en même temps si horrifiques dans leur narration. Un peu comme un cauchemar mettant l’accent sur ce dont on détourne le regard, accentuant la surbrillance, zoomant x1000, pour qu’on ne puisse en détacher les yeux même avec les mains devant.

Sortent du lot les nouvelles 3, 7 et 9 dépeignant des tranches de vies un peu plus longues, sans pour autant jurer avec le reste des récits.

Sans trop en dévoiler, je vais du coup essayer de détailler un peu les nouvelles et leur contenu :

  • La valise : la petite fille aux allumettes, revisité façon Le vieux russe part en vadrouille.
  • Sans papier : peut-on ouvrir les yeux sur la réalité quand on est un étranger sans ses papiers ?
  • À 130 : certains covoiturages sont plus agréables que d’autres…
  • La fenêtre : une «Fenêtre sur Tour» Hitchcockienne tentant de déjouer l’ennui.
  • La Bougrière : un peu d’histoire dans les Garennes, une touche de fantastique, bref la chasse aux sorcières est ouverte !
  • Rupture : le plus dur dans une séparation, ce sont les souvenirs. Qui restent, eux.
  • Le Tchekhov n°14 : mon gros coup de cœur de ce recueil, sans l’ombre d’un doute. Que faire lorsqu’un livre veut être lu à tout prix ?
  • La demoiselle de Noizé : certains passent devant une tombe sans la regarder. Mais pas ici. Une vraie leçon d’histoire et d’anthropologie, tout en tendresse.
  • Mon meilleur ami : une rencontre peut chambouler une vie, parfois même allant jusqu’à l’affirmation d’un penchant intérieur alors balbutiant.
  • L’auto-stoppeur : ne pas hésiter à mettre un peu de piment dans une vie trop monotone. Encore que… ?
  • Fils de Saturne : si Lundi est souvent vu comme le méchant de nos vies, est-ce que Samedi en est le gentil ?
  • Départs : le livre se clôt en beauté sur une très belle révélation finale et de belles réflexions sur l’être, le paraître, et la recherche de soi à travers l’autre.

Je ne suis pas un grand habitué des nouvelles, et mon genre de prédilection penche plutôt vers le fantastique/horreur. Ce qui fait que j’ai découvert ici un aspect vraiment nouveau et formateur de la nouvelle au sens large. Des tranches de vies, des instants intenses, et beaucoup de quotidien, réel et pesant. Ça me change, vraiment !

Du coup, je recommande chaleureusement ce recueil. Un tel travail de précision et de justesse de style mérite qu’on s’y penche, que l’on aime le genre ou non.

Valises, de David Pascaud publié aux Éditions du Carnet à Spirale (toute nouvelle maison toulousaine dont nous te parlions ici) sortie prévue en janvier 2018 (mais tu peux te le procurer dès maintenant sur Toulouse ou Poitiers en les contactant).

Petit cadeau… Tu peux ici feuilleter les premières pages de Valises…

Vidéo de l’interview de l’auteur par ...

Photo de l’auteur et de la couverture de Frédérick Lejeune 

[NDLR : Peyo fut le premier à chroniquer les 5 ouvrages des Éditions du Carnet à Spirale. Tu peux retrouver ainsi les articles sur un autre recueil de nouvelles, Le paradis est un enfer comme les autres d’Émile Castillejos, un roman Revenir de Florian Oger, un polar Tuez-moi demain de Dominique Terrier et un roman Fantasy jeunesse, Les Révoltés de Noël de Gilles Monchoux]

Tu aimeras sûrement aussi...

1 commentaire

  • Répondre LA SPIRALE SUR LES BLOGS - Éditions du Carnet à Spirale 19 décembre 2017 at 20 h 08 min

    […] décembre Chronique littéraire de Valises de David Pascaud par […]

  • Un commentaire à faire ?