Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

[Chronique littéraire] Le principe du désir de Saïdeh Pakravan

Le principe du désir

            Saïdeh Pakravan, dans ce nouveau roman, Le Principe du désir, décide de se pencher sur la puissance, la difficulté, l’enchantement, la peur, l’illusion, les montagnes russes qui s’installent dès lors que l’on tombe amoureux. Pour certaines ou certains, les choses semblent assez linéaires : on aime l’autre donc « logiquement », on ne pense qu’à elle, qu’à lui, on ne rêve que de partager son temps, tout son temps avec cet être aimé, on envisage même malgré certaines peurs de construire son quotidien avec lui. Ce serait si facile, si aisé, si monotone peut-être même...

            Visiblement ce n’est pas ce qui se passe pour la ravissante mais complexe (ô comme beaucoup qui tentent de masquer) Sarah Bly, quand elle est transpercée par la flèche de Cupidon, lors d’un vernissage de ses peintures, en rencontrant le très charismatique Thaddeus Clark, figure reconnue du Tout-New York, magnat de la finance, de trente ans son aîné.

            Si ces deux-là craquent, ils ne tomberont pas dans les bras l’un de l’autre de sitôt ; ce serait bien malmener le suspense instauré par Saïdeh Pakravan ; ce serait négliger ce qui se passe dans le cœur de l’un comme de l’autre. Si Thaddeus Clark semble enclin à baisser la garde et déclarer sa flamme à Sarah, il en va tout autrement pour la jeune femme qui vient de mettre fin à une relation avec Ryan, un parasite qui profite d’elle. Mais, et surtout, la belle ne souhaite en rien s’offrir sans que son prétendant lui prouve combien il tient à elle. Et elle expérimente donc la philosophie qu’elle s’est imposée : le principe du désir. En ne déclarant jamais la profondeur de ses sentiments, elle le testera sur sa sincérité, sur la puissance et la pureté de ce qu’il ressent à son endroit. Va alors débuter un huis clos très singulier aussi éprouvant pour l’un que pour l’autre. Si Thaddeus est souvent désorienté par les réactions de Sarah, celle-ci s’enferme peu à peu dans sa posture jusqu’à une certaine forme de démence. Jusqu’à l’extrême, jusqu’au risque de le perdre… Jusqu’au risque de se perdre

Saïdeh Pakravan

Photo de Saïdeh Pakravan © DR

            Thaddeus est prêt à tout pour satisfaire Sarah. Son immense fortune lui permet pratiquement tout ; il soutient les projets picturaux de sa belle, l’installe dans ses demeures, met à son service son personnel et la couvre de présents. Oui mais voilà, si elle accepte de l’épouser, de fréquenter ses amis, sa famille et le suit un peu partout dans le monde, elle campe sur ses positions qui consistent à ne jamais totalement lâcher prise. Pourquoi ? A-t-elle été traumatisée par le passé ? Dissimule-t-elle le pire ? Est-elle animée par autre chose de plus sombre ? Est-elle en proie à une sorte de dérive ? Pourquoi se ronge-t-elle les doigts jusqu’au sang ? Et cette obsession de la fuite ? Aime-t-elle sincèrement ce soixantenaire qui donnerait sa vie pour gagner son amour ?

            Le couple va être mis à rude épreuve – c’est peu de l’écrire. Comme quoi l’argent ne fait pas le bonheur, il peut déstabiliser, car Sarah refuse catégoriquement de dépendre de la fortune de Thaddeus, ce que ne comprennent pas les membres de son entourage, sa tante, ses parents, la fille de Thaddeus elle-même. Et poussé dans ses retranchements, Thaddeus finira par se fatiguer, ravagé par cette distance que Sarah maintient malgré toutes les tentatives de rapprochement de cet homme très sincèrement amoureux. Avec le temps, est-ce que Sarah parviendra à s’extraire de son principe de désir qui devient peu à peu un principe de destruction tellement elle réduit à néant tout ce qui l’entoure y compris son corps qu’elle malmène ?

Remarquable roman éreintant tant on tremble, tant on semble sur un fil entre le réel et une sorte d’état proche de la folie. Mais la problématique de cet écrit est pertinente car elle interroge lectrices comme lecteurs sur la difficulté à s’abandonner à l’autre au nom de l’amour, sur la capacité ou pas au lâcher-prise, sur l’envie de tout partager, les bons comme les mauvais moments. Peu importe le milieu social, les origines et l’âge. On n’en sort pas indemne car cette histoire renvoie à nos propres vies, à nos relations qui ne sont jamais aussi classiques que d’aucuns les pensent ou les vivent. En apparence !

Le principe du désir  de Saïdeh Pakravan – Éditions Belfond – Parution :  mars 2017 – Couverture © Voiture 14 ; A. Bullat-Piscaglia & G. Bullat – Prix :  20,00 € – 430 pages

La deuxième chronique de la semaine par Christophe

Pamela

Christophe Maris, Journaliste – Écrivain – Expert en communication
© MARIS Conseil – 2017 – Tous droits réservés

 

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?