Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

[Chronique littéraire] Popcorn Melody d’Emilie de Turckheim

Bureau 2

Aiguisez vos zygomatiques… Émilie de Turckheim possède le don de la maîtrise de la gestion de l’absurde par l’humour…

 

Couv Popcorn Melody

Popcorn Melody – Éditions Héloïse d’Ormesson – 202 pages Parution : août 2015   Couverture : ©Car Culture/Getty Images – Prix : 19 € –

    Est-il encore utile de présenter Émilie de Turckheim ? Pas vraiment… Depuis qu’elle a décroché il y a peu le prix Roger Nimier pour La disparition du nombril (2014) faisant les belles heures de son éditrice, Héloïse d’Ormesson, son nom résonne un peu partout. Drôle, déjantée, Émilie ne fait pas dans la dentelle (et personnellement je fonds. Elle se fout des circonvolutions et va à l’essentiel). Ses griffes acérées, son intelligence à vous décrocher la tête et son sens de l’humour décalé nous conduisent tout droit vers son nouveau roman, Popcorn Melody. Si vous le loupez rangez vos cojones au placard, même vous les filles !

   Cette fois, elle nous entraîne aux États-Unis dans une petite ville, Shellawick, un bled paumé du Midwest, frappé par l’alcoolisme et le chômage, situé au milieu d’un désert de cailloux noirs où l’on découvre son personnage Tom Elliot qui a repris le commerce de son père Matt, barbier de son état et en a fait une supérette. La dernière supérette des lieux. Jusque-là tout va à peu près bien même si notre héros connaît toute la communauté environnante, il ressemble plus à un type totalement allumé, à l’ouest, (épingle à nourrice pour fermer comme il peut son froc), – c’est le cas de le dire -, qu’à un petit commerçant bien tranquille animé par l’appât du gain (le genre du pauvre pleutre de Olson dans La petite maison dans la prairie). Nonobstant, il est gentil, serviable, patient et offre aux habitués un temps d’écoute que l’on ne connaît plus nulle part. Jusqu’au jour où avec la complicité du maire, un mastodonte détruit le club face à son épicerie pour ériger un hypermarché. Dès lors, cela va devenir très dur voire impossible de tenir face à cette concurrence d’autant que la nouvelle enseigne offre – à prix d’or -, quantité de choses que l’on ne trouve pas chez Tom, le rouquin. Et tous ses habitués filent de concert vers cette grande surface qui ne lésine pas sur les pubs en tout genre pour attirer le chaland. Et quand le maire vient faire une proposition de rachat des murs du petit commerçant, celui-ci refuse, ce qui va lui valoir de gros ennuis. Le pire c’est qu’il n’en veut à quiconque et ne se perdra pas dans la victimisation ou l’envie de l’autre.

            Derrière le quotidien cocasse auquel Émilie de Turckheim s’attaque et nous convie avec un humour qui n’appartient qu’à elle, se révèlent la dure loi du marché, la puissance de l’argent qu’elle dénonce mezzo vocce (encore que) et les pratiques peu recommandables de grands financiers, d’argentiers fielleux qui n’ont qu’un seul but : le profit, sans jamais se préoccuper du consommateur. Tout à la différence de Tom qui essaie de poursuivre son métier car il y croit et croit en les gens qu’il tente toujours de satisfaire au mieux. C’est drôle, c’est aussi comique que tragique, c’est dur, on tremble pour Tom tout en sachant qu’il se destine à la plongée vers des abysses prévisibles. Son obstination nous semble suicidaire mais on n’a pas envie de le lâcher tellement sa quête demeure honorable et sincère. Tom est un mec bien et l’on sent combien Émilie de Turckheim aime son personnage. Combien Émilie de Turckheim fait de son art un acte militant.

Emilie de Tuckheim

Photo Émilie de Turckeim ©David Ignaszewski- Koboy

            Il existe différentes manières, certaines plus subtiles que d’autres, pour dénoncer l’injustice, la monstruosité, la cruauté… Émilie de Turckheim, astucieusement, s’est inscrite dans le registre si particulier de l’humour ; bien moins évident de faire rire avec du grave que de sombrer dans le pathos. On se prend d’amitié et d’empathie pour le héros et quelques personnages qui l’entourent alors que l’on devine l’issue fatale de ce roman. Finalement intemporel. Émilie de Turckheim est une excellente observatrice, journaliste à ses heures qui ne manque pas un détail de notre sombre monde dans lequel elle met de la couleur et quelques rires. Pour rester vivant. Vivant !

Popcorn Melody, ça me donne envie de danser, de chanter, et de faire sauter les chers popcorns de Tom Elliot, ne serait-ce que pour célébrer la fête de l’instant. Fête à laquelle Émilie de Turckheim nous invite à chaque détour des pages de son roman. Quelques pas de danse, ça change des coups de pied du mauvais sort et j’en remercie cet autrice décidément pas comme les autres.

 

Christophe Maris, Journaliste-Écrivain-Expert en communication
©MARIS Conseil – septembre 2015 – Tous droits réservés
Image à la Une collection personnelle de Christophe

Nous te rappelons les prochaines chroniques littéraires de Christophe

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?