Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

[Chronique littéraire] Métamorphose d’un crabe de Sylvie Dazy

buro biblio

Métamorphose d’un crabe – Éditions Le Dilettante – 160 pages – Parution : août 2016 – Couverture : ©Grégoire Korganow  – Prix : 15,00 €

Et si en plein été alors que d’aucuns sont à la plage, à la montagne ou encore à l’étranger, en plein air, on suivait Christo, ce jeune surveillant dans son univers, celui de la pénitentiaire… Pas évident quand on donne dans le léger encore dans l’insouciance de ce mois d’août et des horizons lumineux… Et pourtant…

C’est une plongée choc dans ce monde que souvent nous ignorons, dans cet univers où détenus comme matons sont soumis finalement aux mêmes règles : enfermement, promiscuité, solidarité, dangers, règles singulières et relations spécifiquement codées où nous entraîne Sylvie Dazy. Dès le début de ce roman frappant, on entre dans l’enfer de la carcérale de la Santé et l’on devine que le destin de celles et ceux qui ont choisi la carrière de surveillant verront leur vie basculer. De quel côté ? Il faudra aller au bout de ces pages écrites comme une urgence, écrites avec une authenticité hurlante de douleurs.

Dès lors qu’on passe les grilles, on sait qu’on tournera en rond, au rythme de la promenade, de la toilette, des repas, du cliquetis assourdissant des clés ; on comprend que la prison devient une autre maison, un autre univers, un projet de vie entre illusions et désespoir. Les jours les plus marquants demeurent le premier comme le dernier avant la sortie, marqués souvent par des suicides. Car la tôle déclenche quasiment un syndrome de Stockholm : elle enferme, elle aspire, elle se nourrit des corps comme des âmes… Et malgré tout on demeure étrangement attiré par cette pieuvre. Parce qu’elle offre un cadre, parce qu’elle procure, malgré l’horreur du quotidien, la dureté des relations humaines, une sécurité, un confort loin de la zone, loin de la solitude de l’extérieur, loin du regard des bien-pensants. En prison, on est pris en main, on connaît d’avance sa journée, ses nuits de cris, de pleurs, au-delà de l’incertitude d’une existence à réinventer après la sortie.

Photo Sylvie Dazy ©Le Dilettante

Sylvie Dazy décrit avec une plume juste et précise le quotidien, l’ambiance, le rythme, les détenus. C’est glaçant tout autant qu’attachant. Car souvent on oublie – à tort –, que la prison ne compte pas seuls monstres irrécupérables. La prison ne compte pas non plus seuls surveillants ou cadres irréprochables. La prison présente des femmes et des hommes qui ont manqué aux autres, aux lois : et ils paient leur dette à la société. En prison on peut travailler, on peut étudier, lire, échanger et tenter de se reconstruire malgré des conditions sanitaires bien discutables. Doit-on pour autant en être réduit à l’état de cafard ou de crabe (individu peu recommandable) ?

Et si le détenu redevenait fréquentable, digne ? Et si le maton changeait de camp ? (s’il y a un camp) Les phrases de l’auteur claquent quand elles nous rappellent combien nos existences se déroulent sur un fil et que nous sommes finalement tous des prisonniers potentiels.

Premier roman marquant qui mérite une lecture mais surtout une relecture approfondie !

Christophe Maris, Journaliste – Écrivain – Expert en communication
©MARIS Conseil – août 2016 – Tous droits réservés
Image à la Une : collection privée CM

Les prochaines chroniques littéraires dans nos pages

 

 

 

 

 

Tu aimeras sûrement aussi...

1 commentaire

  • Répondre Sylvie Dazy, Métamorphose d’un crabe (2016) – Femmes de lettres 9 septembre 2016 at 7 h 30 min

    […] avis : La ville en rose /  Benzine / Critique libre / Audrey […]

  • Un commentaire à faire ?