Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

[Chronique Littéraire] Mâcher la poussière d’Oscar Coop-Phane

Mâcher la poussière

Hôtel de Parme. Sud de l’Italie. Voici le décor de ce huis clos particulièrement singulier pour un roman qui nous entraîne délibérément dans un enfermement presque total. Eh oui, même dans un palace qui souffre un peu du temps, qui brille encore péniblement de sa splendeur passée telle une actrice légèrement froissée par les affres des années et de tournages, on peut s’y sentir comme en prison de laquelle il semble quasi impossible de s’échapper…

C’est ce qui arrive au baron di Stefano, qui, à la suite d’un coup de fusil tiré sur un jeune homme chapardant sur ses terres, se retrouve assigné à résidence dans les murs dudit bâtiment. Et pourquoi n’est-il tout simplement pas en prison ? Étonnant ? Surprenant ? Pas tant que cela quand on apprend que l’homme a tué l’enfant d’un membre de la mafia. Plutôt que de lui régler son compte, la pègre a décidé d’enfermer ledit baron en ce lieu jusqu’à la fin de ces jours. S’il bénéficie du confort de cet espace, il n’en demeure pas moins privé de liberté. Et si jamais il s’avisait de mettre un pied dehors, les sbires qui le surveillent depuis les terrasses d’en face n’hésiteraient pas à le faire taire définitivement. Radicalement. Ou quand la cruauté peut atteindre son paroxysme.

Singulier donc parce que le baron s’ennuie à mourir, le mot n’est pas trop fort, malgré ce quotidien qu’il nous décrit avec force et qu’il va nous narrer sans détours. Ainsi, on découvre tout comme lui les intrigues qui se déroulent tant au grand jour que dans les coulisses de l’endroit. Si chacun le traite avec un respect d’apparence, certains n’hésitent en rien à tenter de le manipuler, de se jouer de lui. Entre Matthieu, l’intrigant chef de rang, Joseph, le jeune serveur addict aux drogues, petite frappe à la petite semaine, Marie, femme de chambre dévouée et Isabelle, la petite jeune qui lorgne sur sa fortune en le séduisant, Stefano va apprendre l’art du louvoiement tout autant que de la déconvenue. Et même s’il tente de lutter contre l’ennui en s’enivrant régulièrement, en partageant un peu de conversation avec certains clients, il n’en demeure pas moins face à lui-même, le pire.

Soyons clairs, Stefano est un salaud qui a tué un gamin ; cependant on finit par se prendre d’empathie quand on le voit tomber dans certains pièges qui lui sont tendus tant par les uns que par les autres. Et cette façon de lui faire payer son crime n’est envisageable et souhaitable pour personne ; on finit même par penser souvent qu’il eût mieux valu que la mafia le supprimât. C’eût été probablement moins cruel que cette agonie imposée. Car Stefano, l’ancien flamboyant s’éteint peu à peu. Dès que la lumière jaillit, elle retombe de sitôt. Dès qu’une once d’espoir naît en son esprit, il retombe vers le tréfonds. À ce compte, on ne donne pas cher de son avenir.

Photo d'Oscar Coop-Phane © DR

Photo d’Oscar Coop-Phane © DR

Tout comme le personnage, Oscar Phane-Coop nous condamne à cet enfermement duquel on aimerait s’extraire mais l’intrigue comme le suspense, habilement, menés nous tiennent en haleine jusqu’au terme du roman. Apparemment l’auteur aime les ambiances d’hôtel, ce sentiment permanent d’étouffement et la posture de celui qui attend des autres, incapable de prendre la tangente pour tenter d’échapper au pire.

Telle Antigone, Stefano est emmuré vivant… Jusqu’à la catharsis qui le guette : soit il trouve la ressource pour fuir, soit la fuite sera sa propre mort. Au lecteur d’imaginer, de venir en aide à cet anti-héros ordinaire et tout à la fois extraordinaire ou de se résigner comme dans les plus grandes tragédies à une fin inéluctable.

Touchante autant que captivante, cette ambiance des palaces où les faux-semblants sont légion, où le théâtre est permanent, où les coulisses regorgent de petits arrangements comme de petits secrets presque inavouables. Formidable tableau aussi des personnages souvent hauts en couleurs que nous croisons et que l’auteur croque sans pitié, avec une cruauté et un scalpel pour nos larges sourires carnassiers, pour nos yeux de voyeurs insatiables.

Mâcher la poussière d’Oscar Phane-Coop – Éditions Grasset –  320 pages –  Parution : janvier 2017 –  Couverture © Grasset & Fasquelle – Prix : 19,00 €

La deuxième chronique de la semaine 

Christophe Maris, Journaliste – Écrivain – Expert en communication
© MARIS Conseil – 2017 – Tous droits réservés

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?