Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

[Chronique littéraire] Le chien arabe de Benoît Séverac

chronique littéraire macha

Cette histoire est née de l’affaire Merah, parce que ce genre d’événement bouleverse les équilibres, questionne toute la communauté, interroge chacun d’entre nous. Ce n’est pas un simple fait divers, on l’a vu, c’est une lame de fond.
J’avais envie d’en parler sans donner la parole aux prédicateurs, mais à leurs premières victimes, les terroristes eux-mêmes, manipulés et galvanisés. Parce qu’à force de les déshumaniser, on finit par nier qu’ils font partie de notre société, qu’ils en sont aussi le produit, que nous sommes tous collectivement responsables de ce qui se passe dans « les quartiers ». En faire des monstres, c’est se voiler la face, tenter de botter en touche, et ne pas chercher les solutions où elles sont. Ou en tout cas, les chercher là où elles ne sont pas : dans l’autre. Or, elles sont en nous.
J’ai surtout voulu dresser des portraits sensibles d’habitants du quartier, pour qu’on n’oublie pas qu’il y a aussi de belles personnes aux Izards, des énergies positives, qui se battent pour vivre dignement et qui subissent ce qui s’y passe.

Voilà comment l’auteur toulousain Benoît Séverac présente Le Chien arabe l’un de ses derniers romans qui sort aujourd’hui 17 mars, publié chez La Manufacture de livres.

En plein cœur d’un quartier bouillonnant au nord de la ville rose, Sergine Ollard, vétérinaire, est sollicitée par la jeune Samia pour soigner un chien mourant. Du haut de ses 14 ans, la jeune fille a fait preuve de courage pour enfreindre les règles de la cité, dont son frère, Nourredine Ben Arfa, est l’un des caïds… Le rottweiler souffre d’une occlusion intestinale : il sert de mule, le ventre rempli de capsules de drogue. Ben Arfa, est en effet dealer.

Avec Samia, avec Sergine, on se retrouve en plongeon direct dans le trafic d’une part. Dans le quartier tout se sait tout se voit et rien ne se dit. Et dans la montée de l’islam radical d’autre part. Car pour Hamid et Nejib Omane, deux frères prêts à mourir pour le jihad, la drogue c’est haram (interdit par le Coran). Alors ce sont bien deux bandes rivales qui vont s’affronter…

Enfin, j’ai choisi le quartier des Izards tout simplement parce que c’est là qu’avait grandi Mohamed Merah, par souci d’authenticité. Se documenter est une chose, écrire une fiction en est une autre. Je me suis évidemment beaucoup documenté -mon récit doit à ce travail le réalisme qui le caractérise-, mais je me sers du quartier comme décor uniquement. Les personnages de mon roman n’existent pas, ce qui leur arrive n’existe pas, tout est inventé. Cela aurait pu arriver n’importe où.

C’est sûr on  y est. Perso je connais bien ce quartier des Izards, et j’ai souvent pris le métro à cette station dont le nom fait sourire : Les trois cocus (pour les non Toulousain-e-s qui nous lisent -si si y en a- sache que nous parlons ici des coucous, les oiseaux. Occitan quand tu nous tiens…)… J’aime ce quartier pour le pain fait maison par Dalia qui tient l’épicerie. Pour l’asso juste à côté Tous les Mêmes… Et parce que j’y ai des potes qui y vivent tout simplement !

Le roman de Benoît Séverac est dur. Violent. Certes. Mais d’un réalisme et d’une tension palpables. Si ces personnages n’existent pas, non, on les a pourtant croisés…  Nourredine qui touche le RSA et roule en BMW… Mustapha le petit frère de 12 ans déjà chouffeur. Leïla la plus jeune que Samia espère encore pouvoir sauver… Leurs parents les voisins ou les flics (qui s’affrontent entre services). Ici aux Izards. Ici à Toulouse. Mais aussi ailleurs. Dans d’autres villes de France.

Derrière l’histoire de Nourredine -et les histoires- il y a une vérité. Un réel fait de notre société. C’est cruellement véridique et finement observé. Et ça parle d’amour aussi. De tendresse. De fraternité et d’espoir.

Outre Le chien arabe et Little Sister [NDLR : un roman pour ado publié début mars chez Syros et qui sera chroniqué le 14 avril dans nos pages], je viens de publier une novella (roman court) aux éditions In8. Son titre : On peut pas faire ça à Guy Novès [NDLR : dans nos chroniques d’avril également]. Vous l’avez compris, l’action se déroule dans le milieu du stade toulousain, l’enquête étant menée par un journaliste de France Bleu Toulouse. Roman court, sec et nerveux, plus léger que Le chien arabe.

12806075_10206995228211689_6213858484488387821_n

En dédicaces à la librairie La Renaissance le 3 mars dernier.

Comme il n’arrête jamais d’écrire, Benoît est bien évidemment déjà en train de travailler sur un autre projet, mais je ne peux pas en dire beaucoup plus pour l’instant. C’est encore à l’état de gestation, conclue-t-il.

Rencontres-Dédicaces  de Benoît Séverac (pour tous ses romans) :

Samedi 19 mars au Salon du Livre de Paris
Samedi 26 mars, 16 h 30 à 18 h 30 chez Cultura à Portet-sur-Garonne
Samedi 2 et dimanche 3 avril pour Quais du Polar à Lyon
Jeudi 7 avril à la librairie La Préface à Colomiers
Samedi 9 avril à la Fnac Wilson à Toulouse

Toutes les infos sur son site.

Les prochaines chroniques littéraires dans nos pages

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?