Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

[Chronique Littéraire] La Ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

51dwIBm1j5L._SX210_

Traduit de l’anglais par Alice Delarbre

Partir pour un séjour en Cornouailles, cela te dit ? Yes… Eh bien, embarquons pour le roman – pour le moins envoûtant – de Sarah Vaughan, La ferme du bout du monde. Sincèrement… Pour un dépaysement, il est total… Pour une plongée dans les landes du sud-ouest de l’Angleterre, je te promets l’inoubliable…

Les tableaux se succèdent, entre les périodes actuelles et celles marquantes, bouleversantes, des années couvrant la Seconde Guerre mondiale. 2014, la jeune Lucy, trompée par son mari, quitte Londres et vient se ressourcer, faire le point, dans la ferme familiale près de Bodmin. Elle y retrouve sa grand-mère Maggie qui se bat pour que l’exploitation ne disparaisse pas après trois générations d’éleveurs qui ont aussi travaillé cette terre rude.

1939, Will et Alice, frère et sœur, fuient les bombes qui s’abattent sur Londres et trouvent refuge dans cette ferme auprès de Maggie, jeune fille à l’époque. Même si les journées sont rythmées par les lois paysannes (météo, semis, récoltes, agnelage, traites quotidiennes…) et tous ces travaux inhérents, au moins en ces lieux, ils sont en sécurité, d’autant que cette famille d’accueil se montre plutôt bienveillante, au-delà de la sévérité de la maîtresse de maison, Judith, mère de Maggie.

Jusque-là rien que du très classique… En apparence… car Sarah Vaughan tout en finesse, en subtilité, a glissé nombre d’intrigues que nous allons devoir découvrir tout comme certains des protagonistes eux-mêmes. Encore plus fin, le jeu des destins croisés, l’auteur s’y emploie pour notre plus grand plaisir, faisant durer un suspense qui nous tient en haleine du début à la fin. Et puis cette élégance so british : les tableaux qui se succèdent entre ces deux époques éloignées de soixante-dix ans qui permettent aussi de mesurer que jamais rien n’est simple dans l’existence des uns comme des autres.

Ce voyage dans les landes du nord des Cornouailles ne laisse pas indemne entre les descriptions très précises des ambiances, des ciels, de la mer omniprésente, du monde de la ferme et les relations à la fois dures et tendres entre les êtres. Les non-dits, les passions se déchaînent avec la même force multipliant certains ravages dont on peine à se remettre. Et quand certaines vérités éclatent, elles emportent tout sur leur passage tout comme les tempêtes de l’Atlantique qui grignotent les falaises des environs de Bodmin. Mais on peut aussi compter avec les années, avec les âmes bien nées de certaines, de certains pour adoucir les douleurs. Et puis d’aucunes révélations peuvent aussi s’avérer salvatrices.

sarah vaughan

Photo de Sarah Vaughan © DR

Sarah Vaughan insiste également sur l’ambiance qui régnait pendant les années de guerre. Quand certains faisaient tout pour échapper à la conscription, d’autres étaient fiers de servir leur pays, même s’ils furent peu à revenir. Londres est précisément décrite pendant le Blitzkrieg, quand on courait de-ci de-là en tentant d’éviter les obus, les V1 ou V2 qui s’abattaient sur la ville. C’est loin… Et c’est finalement proche. Dans ces pages, on sent l’odeur de la poussière des immeubles qui s’écroulent, la peur imminente des bombes dans un compte à rebours cruel… Dans ces pages, on entend les cris des innocents qui tombent, les vitrines entières qui s’écroulent… Tout comme on respire avec bonheur les fragrances d’une campagne sauvage tourbée et libre qui semble à l’abri de tout même du pire. Et c’est heureux.

C’est un roman que l’on peine à quitter et qui donne bien envie d’aller sur place rien que pour rencontrer ces personnages si attachants. La guerre et l’amour en toile de fond… Ce n’est pas incompatible.
Une mention spéciale pour la traduction d’excellente facture !

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan – Éditions Préludes – Couverture ©  Sandra Cunningham / Trévillon Images – Parution : avril 2017 – 450 pages – Prix : 16,90 €

La deuxième chronique de la semaine par Christophe

Chaque seconde est un murmure

Christophe Maris, Journaliste – Écrivain – Expert en communication
© MARIS Conseil – 2017 – Tous droits réservés

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?