Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

[Chronique littéraire] Deux garçons de Philippe Mezescaze

une chronique littéraire ng
deux-garcons

Deux garçons – Éditions Mercure de France – 119 pages – Parution : février 2014             Couverture : ©Mercure de France – Photo : Philippe Mescaze ©DR – Prix : 13,80 €

Il court, il court l’adage comme quoi dans une relation amoureuse, il y en a toujours un ou une qui aime plus que l’autre, qui attend plus que l’autre ; donc qui devient dépendant(e). Possible… Probable… Contestable… Faux… Discutable ou encore certain. C’est l’avis que vous devrez vous forger au fil de la lecture de ce court roman de Philippe Mezescaze, Deux garçons.

Une écriture sèche et épurée, des mots qui font mouche parfois qui font mal mais chacun sait dès lors qu’on aime, on commence à souffrir. À souffrir l’autre parfois même à en crever, à perdre tous ses repères… Je ne parle pas de désir, je parle d’amour. C’est ce qui arrive au jeune Hervé adolescent en vacances à la Rochelle qui monte sur les planches, passionné de théâtre, pour donner la réplique à Philippe, de trois ans son aîné, qui l’a choisi parce qu’il était beau et attirant. Ce sont des choses qui arrivent. Et pas seulement dans les livres. Ensemble ils vont jouer Caligula et Scipion puis d’autres pièces, se rapprocher, se découvrir et entretenir une relation intime au vu et au su des uns des autres (en apparence), des parents d’Hervé, de la grand-mère de Philippe, de Claire qui dirige les mises en scène.

            Si Philippe, à 17 ans, désire les jeunes éphèbes (au risque de se faire pincer pour détournement de mineur) et les consomme comme souvent à cet âge on découvre la sexualité ou sa sexualité, Hervé en revanche est amoureux de Philippe et s’il semble bien blotti au creux de ses bras, il souffre tout autant quand il devine que « son » amoureux est allé coucher ailleurs. Et sombre peu à peu dans un processus d’auto-destruction.

            D’aucuns pourraient trouver l’histoire banale et pathétique ; il n’en est rien. Laauteur_5287 force de Philippe Mezescaze réside dans la puissance du verbe, dans la passion qui se dégage de chaque phrase, chaque situation. Probablement par ce que ce texte n’est pas un roman mais une partie de l’adolescence de l’auteur et du regretté Hervé Guibert, mort du sida en 1991, un artiste considérable qui a laissé des textes poignants de vérité sur l’amour, le désamour, la trahison et le combat contre la maladie en célébrant chaque instant de vie restant. C’est aussi une page d’histoire : comment désirer, aimer une personne du même sexe dans les années 1970 dans une société qui commençait seulement à s’émanciper. Après mai 68 ? Comment contourner les diktats des bien-pensants et la morale parentale, le poids insidieux de la religion et la peur des tribunaux ? Comment s’affranchir du qu’en-dira-t-on ?

            On oublie assez vite que ce sont deux garçons. On tremble souvent devant la fragilité d’Hervé ; on rage parfois du comportement de Philippe. Mais ce texte est avant tout un hymne à la liberté, à l’insouciance. À lire d’une traite surtout.

            « Il s’appelle Hervé. Je lui lis les notes que j’ai inscrites dans les marges, les indices psychologiques, je lui montre les dessins qui esquissent les déplacements de Caligula et Scipion. Je renie les limites, je bascule. Hervé chavire avec moi. Je déverse sa tête sur mes cuisses, je m’enroule autour de son corps qui ploie et quand je le repousse c’est la folie de Caligula qui l’arrache à moi. Ma bouche essuie sa bouche, ma main s’insinue dans ses lèvres, mes doigts retiennent l’odeur de sa respiration, un parfum de fruit écrasé. Hervé s’abandonne à tout ce que je décide. »

            Christophe Maris, Journaliste-Écrivain-Expert communication
© Maris Conseil – avril 2015 – Tous droits réservés –

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?