Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

[Chronique littéraire] C’est où le nord ? de Sarah Maeght

Bureau 2

 

Premier roman…

C’est où, Le nord ? – Éditions Albin Michel – 285 pages – Parution : avril 2016 – Couverture : ©Zoé Desprez – Prix : 18 €

          Pour un coup d’essai c’est plutôt réussi. Á voir si cela se confirmera par la suite… Je le lui souhaite. Le premier roman de Sarah Maeght nous entraîne dans les méandres de la génération actuelle, celle où tout va vite, trop vite souvent, à l’heure des histoires d’amour qui capotent aussi rapidement qu’elle débutent, à l’heure d’Internet, des réseaux sociaux, des entreprises qui localisent pour mieux délocaliser, de certaines régions qui semblent échouées dans un nouveau siècle, figées dans le passé… Á l’heure aussi où l’éducation a totalement changé de visage pour se colorer au sens propre dans le même temps qu’elle se décolore de ses missions essentielles. Á l’heure où les parents vivent surtout pour eux, laissant se démerder leur marmaille, ou l’abandonnant lâchement aux bons soins de la République. Il y aurait tant de choses à dire.

          Ella est professeur de lettres dans un collège de la banlieue parisienne, elle s’efforce d’apporter énergie et savoirs aux multiples têtes de la 6ème D qui lui sont confiées ; même s’ils ne deviendront probablement pas «l’élite» de la France, ce ne sont pas de mauvais gosses au-delà de leur langage, de leurs élans, et de leur propension à évoquer le sexe que l’on peut consommer sur la toile en toute impunité avant même d’avoir découvert les sentiments. Ella est amoureuse de Victor ; Victor semble amoureux d’Ella mais il traîne son ennui sa déroute son chômage ses joints son désarroi dans le salon de l’appartement que celle-ci finance avec difficultés car ils n’ont pas un rond.

            Tous deux viennent du Nord, celui des ch’tis, celui qu’on moque si facilement, celui qui saigne sans jamais cicatriser du chômage le ronge, plus de trente ans déjà ! Les parents de l’un comme de l’autre sont de braves gens, de ceux que l’on croiserait à la caisse d’un hypermarché lors de leur sortie hebdomadaire. Et puis il y a mamie Colette, celle à qui on peut se confier, celle qui comprend tout même quand on n’arrive plus à parler. Et la frangine, un peu paumée mais bonne fille.

sarah maeght

Photo Sarah Maeght ©Astrid di Crolallanza

            Roman de nos générations, générations illusions pour désillusions, enchantements soudains pour désenchantements certains… Mais Ella ne lâche pas l’affaire, elle se cramponne, craque parfois et repart au combat car l’existence est un combat permanent. Même son poisson rouge, Klaus, tourne et tourne encore sans perdre son bon sens. Et puis au cœur de ce quotidien qui pourrait sembler atone ou déprimant il y a cette intrigue : qui laisse en cadeau, en preuve de passage, de petits santons estropiés semés sur le chemin d’Ella ? Cela l’inquiète, cela l’agace, cela l’amuse, l’intrigue, en tout cas elle aimerait bien en apprendre davantage… Et nous de même. Mais pour cela, il faudra aspirer ce roman vivant, tellement juste, avec une envie non feinte.

            Les pages défilent et l’on en demande encore. Quand la dernière page se profile, le sentiment laissé demeure : comme on souhaiterait une suite. Comme on souhaiterait accompagner Ella dans le déroulement de ses jours et ses nuits. Au-delà des coups durs décrits avec authenticité, on s’accroche encore à la lumière que dégage malgré tout l’héroïne, parce que c’est elle, parce que c’est un peu de nous tous que Sarah Maeght dépeint.

 

Christophe Maris, Journaliste – Écrivain – Expert en communication
©MARIS Conseil – juin 2016 – Tous droits réservés
Image de Une : collection privée CM

 

Les prochaines chroniques littéraires dans nos pages

 

 

 

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?