Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

[Chronique littéraire] Abattez les grands arbres de Christophe Guillaumot

bannière chronique littéraire

Renato Donatelli est un simple flic. Un costaud, un baraqué, un type qui a quitté son île, la Nouvelle-Calédonie et qui s’acquitte de son job du mieux qu’il peut, honnêtement, toujours prêt à rendre service, parce que c’est comme ça que Mama Loma l’a éduqué. Les magouilles de la brigade des Stups, il refuse d’y participer. Le Kanak comme il est surnommé par le reste de la bande est toujours poli mais faut pas venir lui chercher des noises.
«Je vais te laisser le choix…» C’est toujours comme ça qu’il commence quand le mec en face se met à le gonfler. «Soit tu passes ton chemin, soit je te mets une gifle amicale !»
Alors quand il tombe sur une famille dépecée à coups de machette, il se fait un devoir d’élucider cette boucherie, d’arrêter les massacres même si tout le monde tente de l’en dissuader.
Aidé d’un jeune freluquet fraîchement sorti de l’école de police et d’une médecin légiste collectionneuse de cartes postales, le Kanak va remonter la piste d’une vengeance, d’un génocide africain où les bourreaux d’hier sont les victimes d’aujourd’hui.

Octobre 2015 * Editions Cairn * 13,5 €

Un polar au cœur de la ville rose

Il est attachant ce Renato. Avec ses deux mètres de haut, son 49 fillette, ses manières brut de décoffrage, sa façon d’appeler amicalement tout le monde Gros chameau ! et son vocable fort drôle. Alors quand il se retrouve plongé -malgré lui- dans cette sordide enquête qui remonte aux génocides rwandais des années 94, on nage à ses côtés.

L’écriture de ce polar nous embarque dans les rues et le métro de Toulouse, en passant par la basilique Saint-Sernin et l’institut médico légal de Rangueil, forcément on s’y croit on s’y voit ! Les personnages semblent dignes des romans de Frédéric Dard : d’abord le groupe 4 de la brigade des Stup’ avec le gros Georges, Ramon dit la poupée barbue, Pierrot, Ben et le Barjot le tout sous les ordres du coléreux commissaire Granague, mais encore le jeune lieutenant de la Crim’ Jérôme Cussac surnommé Six eu égard à son rang, Marc Trichet son chef, la belle légiste Avril Amandier flanquée d’un étudiant passionné de phobies, la petite aguicheuse de la DGSE et aussi Daudiard le sacristain de Saint-Sernin ou Grand Mama alias le Diamant Noir… Pour un peu on s’attendrait à voir débouler Bérurier sur les allées Jean Jaurès dis donc !

Outre l’intrigue bien menée, on découvre un personnage principal sensible. Voire même amoureux. Allez je ne t’en dis pas plus ! Mais un petit cadeau extrait d’un dialogue entre son chef le gros Georges et Renato. (extrait qui n’a rien à voir avec son côté sensible et amoureux hein !).

« Ecoute mon garçon ! Je sais que tu ne nous aimes pas. Mais t’inquiète pas, c’est réciproque. J’ai été très gentil pour l’instant, mais si tu continues à foutre le bazar dans nos affaires, je te jure que tu retourneras dans ton île au milieu de quatre belles planches.
La mâchoire proéminente du commandant est prête à mordre. Renato, à portée de crocs, ne parait nullement impressionné.
Me loupe surtout pas quand tu décideras de mettre ton idée à exécution, parce que si je peux me relever, on pourra cuire des frites avec ce qu’il te restera de ta graisse ! »

Je me suis vraiment régalée. Bien sûr j’ai frissonné d’horreur devant certaines descriptions des souvenirs du Rwanda. Mais ce roman te file une bonne petite gifle amicale et on tend même l’autre joue pour en (s)avoir plus !

Un auteur sur le terrain

11796223_10205757309584624_4580526136371745319_n

Photo de Christelle Guillaumot

Christophe Guillaumot est de Vésoul. A 20 piges après une année de droit, il entre à l’école de police de Toulouse. Il y rencontrera Renato. Renato Talatini. Il sera ensuite muté à Paris dans le bouillant quartier de Pigalle. Avec Renato. Après 4 ans de Panam, il part à Grenoble pour 6 ans puis Châteauroux pendant 7 ans. Retour à Toulouse en 2009 où il est désormais capitaine au SRPJ.

Renato Talatini c’était son pote. Pas tout à fait kanak mais pas loin -wallis-, ce géant appelait vraiment les gens Gros chameau ! Et il promettait régulièrement des petites gifles amicales… Tel le Renato du roman, celui-ci était très catholique, chantait comme un Dieu, doté d’une grande force (il pouvait écraser une pomme dans une seule main. Mais ce n’était rien par rapport à ses frangins qui eux écrasaient une pomme de terre…). Christophe Guillaumot s’était toujours dit qu’il en ferait un personnage de roman. Renato est décédé il y a quelques années. Et le livre lui est dédicacé. Sa femme et leur cinq enfants sont d’ailleurs très fiers qu’il soit le héros du deuxième polar de Christophe.

En 2009, son premier manuscrit Chasses à l’homme décroche le Prix du Quai des Orfèvres. Il est donc publié chez Fayard.

DuNoirAuSudA Toulouse, il est invité au festival Polars du Sud en tant qu’auteur et rejoint très rapidement l’équipe comme bénévole tant le concept lui plait. Ensuite, il devient sélectionneur pour le Prix de l’Embouchure, attribué chaque année à un roman policier écrit par un-e auteur du Sud-Ouest de la France. Ce sont les policiers toulousains qui désignent les gagnant-e-s. Contrairement au Prix du Quai des Orfèvres qui est décerné à des manuscrits, celui de l’Embouchure récompense les romans déjà publiés. C’est dans ce milieu que Christophe Guillaumot fera la rencontre de Sylvie Marquez, responsable de la collection Du Noir au Sud des Editions Cairn à qui il promet son prochain opus. Ainsi, Abattez les grands arbres a rejoint, en octobre dernier, de nombreux ouvrages commis par des auteurs locaux.

Je fais partie de ces flics et auteurs qui ont cette volonté de rétablir la vérité. De décrire la réalité. On n’a rien à voir avec Navarro !

Deux ans après Chasses à l’homme, c’est un fait divers qui fut le déclenchement de l’écriture de Christophe : un médecin toulousain accusé d’avoir participé au génocide rwandais. L’auteur s’est alors posé la question de savoir combien de personnes planquées en Europe (et également au  Canada) pouvaient être concernées… Il situe l’action de son roman à Paris, même s’il débute à Toulouse. La scène du lac souterrain décrit celui de l’église de la Trinité. Finalement Christophe change d’avis et place l’histoire à Toulouse. Et puis quelques jours après avoir écrit ça, ce foutu hasard n’existant pas, il apprend que sous la basilique Saint-Sernin il y aurait un lac souterrain également (avec un trésor !)… Abattez les grands arbres restera quelques années dans un tiroir avant qu’il ne le reprenne à Noël dernier… Et il a bien fait.

Abattez les grands arbres fut une phrase entendue sur les ondes d’une radio de propagande, devenue le signal du début du génocide rwandais… Si on se marre bien avec les aventures de Renato, le roman aborde quand même sérieusement la question de la responsabilité et de l’implication de la France dans ce drame… Si tu vois c’qu’j’veux dire ?!

1610830_788484454607445_6255368099460107172_n

Du côté de chez Cairn

Nous reviendrons très prochainement sur cet éditeur de Pau car j’y ai trouvé quelques pépites. Un petit zoom surtout sur la collection menée par Sylvie Marquez et qui porte un bien joli nom : Du Noir au Sud.

C’est une collection de polars qui nous transporte dans le Sud, ses villes, ses villages, à la découverte des habitants, de leurs traditions, leurs secrets. Son ambition : dessiner, au fil des ouvrages, un portrait d’ensemble de la région, noirci à coups de plumes tantôt historiques, ou humanistes, parfois teintées d’humour, mais où crimes et intrigues ont toujours le rôle principal.

Le site. La page Facebook. Une édition et des auteurs à suivre donc dans un prochain article dans nos pages.

12186483_788481657941058_6344881845990575351_o

Dédicaces et rencontres : à ton agenda !

12274548_10206427796906388_1084339605624338953_nAprès de nombreuses rencontres depuis octobre (Polars du Sud bien sûr, le comité d’entreprise Carsat Midi-Pyrénées, le salon du livre de Lectoure, le festival du polar de Châteauroux , la FNAC Toulouse, l’espace culturel Leclerc de Saint-Gaudens et le Dactyl bureau de Vesoul), Christophe dédicacera le samedi 12 décembre à 15 h en compagnie d’Alain Monnier (et son A votre santé Monsieur Parpot ! aux éditions Flammarion) à la Librairie de la Renaissance : deux auteurs, deux romans, deux regards croisés entre littérature blanche et littérature noire. Tu viens ?

Pour connaître les futures dates tu peux aller jeter un yeux sur sa page Facebook (gérée par sa femme, Môsieur n’ayant pas le temps pour ces conneries !).

Il y a quelques jours le flic-auteur était en dédicace sur ses terres d’enfance (T’as voulu voir Vesoul et on a vu Vesoul !). On lui a offert un cochon pain d’épice à son nom. Tradition locale pour la Sainte Catherine -début de l’hiver donc des récoltes paysannes- où l’on offre aux enfants ces petits cochons avec un sifflet dans le derrière ! Tu crois qu’à Toulouse on va lui offrir le képi qui va avec ?!

Photo3196Moi j’ai déjà ma dédicace. Bien digne d’un des personnages.

J’ai vérifié : leucosélophobie, nom féminin : crainte qu’éprouve un écrivain de ne pas trouver l’inspiration au moment de commencer ou de poursuivre une œuvre !

Eh bien une chose est sûre : ça ne lui arrive qu’au moment des dédicaces alors !

Il se murmure d’ailleurs qu’une suite des aventures de Renato (et des autres) serait en préparation… J’en salive d’avance ! Et je souhaite à Christophe de ne pas être atteint de catapédaphobie* car les sommets sont pour bientôt ! Natif des montagnes (Annecy), il ne devrait pas avoir peur en effet.

 *Je te laisse mener l’enquête Capitaine !
Les prochaines chroniques littéraires dans nos pages

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?