Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

Tous les charmes de Chamila

ISHLANE 3

De par mon métier d’animatrice radio, j’ai la chance de venir à votre rencontre, à vous, les Toulousains. Une conviction ressort de ces entretiens : vous êtes formidables. Vraiment. Passionnants, passionnés, vos parcours sont tous plus riches les uns que les autres. Aujourd’hui, j’aimerais vous présenter Chamila. Je l’ai croisée à la Prairie des filtres alors qu’elle donnait une initiation d’Afroglow dans le cadre de Toulouse Plages. A l’abri du micro, les confidences…

La Vi(ll)e en rose : raconte-nous ton parcours…

PHAT_2004

Photo de Chamila © Tran Dac Phat

Chamila : je suis née à Madagascar et très tôt, je me suis mariée … J’avais 18 ans. Pourquoi ? Par sentiment d’obligation envers les coutumes de mes origines probablement. La septième année de mariage, j’ai voulu divorcer… Il n’y avait pas d’amour. Cette union ne serait probablement pas arrivée si ma maman n’était pas décédée quand j’avais neuf ans. Maman était chinoise malgache. Elle venait d’une famille de producteurs de girofle, de vanille et de litchi et d’artisanat. Sa vie m’inspire et me guide dans mes choix… Je pense souvent à elle.

J’obtiens le divorce en 2005 mais cette liberté a un vrai coût. Un coût bien lourd : j’ y ai perdu la moitié de mon cœur : mes enfants. Le droit des enfants et des femmes est bafoué à Madagascar… Epuisée moralement, tyrannisée, sans contact avec mes deux enfants, j’ai retrouvé ma liberté en venant en France en 2008. A Toulouse. J’ai été tout de suite attirée par le charme et le dynamisme de cette ville « rose » haute en couleurs. La chaleur des gens m’a beaucoup touchée.

LVER : comment as-tu réussi à surmonter l’absence de tes enfants ?

Chamila : et bien, j’ai voulu continuer le lien avec mes enfants avec une entreprise qui porte leur nom : Ish&Lane. Cette entreprise est vraiment un message pour mes enfants. Pour leurs dire que je les aime, que je ne les ai jamais abandonnés, que je pense à eux, qu’ils sont avec moi au quotidien. Je voulais que mes enfants, au-delà des continents, entendent parler de moi. Je l’ai créé 3 ans avant mon départ de Madagascar. Une fois à Toulouse, elle est devenue ma bataille.

Plus qu’une entreprise Ish&Lane, c’est le combat d’une mère pour ses enfants. Je n’en vis pas. Depuis que je suis arrivée en France, je n’ai pas arrêté de cumuler les jobs alimentaires. Principalement dans le commerce, vente en boutique ou sur les marchés. En parrallèle, je viens de passer le CAP petite enfance cet été. Quand j’étais petite, je voulais devenir psychologue pour enfants…Un rêve que j’espère poursuivre à l’Université du Mirail.

LVER : que vends-tu à travers ta boutique Ish&Lane ?

C. : Je vends du travail pour les femmes d’un atelier avec lequel je travaille depuis 10 ans. Là-bas le travail des enfants est banni, ce qui n’est pas le cas sur le reste de l’île. Je connais toutes celles qui y travaillent. Lorsqu’elles m’ont contactée en me suppliant de trouver des clients, car elles risquaient de se retrouver au chômage lors de la crise en 2009, je me suis battue comme une lionne. Chaque article acheté permet de donner du boulot à ces femmes et évite que leurs propres enfants ne tombent dans la mendicité… Chaque article vendu aide à l’autonomie et à l’émancipation de ces femmes.

LVER : que fabriques-tu avec cet atelier ?

C. : des savates, des boucles d’oreille, des bagues et des accessoires !

J’utilise principalement le raphia : genre de palmier, dont certaines espèces produisent des fibres qui servent à faire des liens, des tresses, des cordages et des tissus. C’est une matière qui fait partie du commun des mortels chez les malgaches et moi j’ajoute ma petite touche de lumière et de modernité pour la rendre encore plus brillante !

Le raphia est tricoté selon ma demande à Madagascar et je finis les bijoux à Toulouse car je les monte moi-même… Certains modèles sont uniques. Si quelques uns sont produits en quantité, chaque article a sa « marque de différence » car tout est fait main. Je fabrique des cadeaux originaux sur commande pour des entreprises. J’ai produit des colliers de bienvenue pour la scène nationale de Foix.

LVER : on m’a dit que tu étais impliquée dans une association toulousaine…

C. : c’est exact!

J’ai fait des animations avec des stands de mes produits de Madagascar pour l’association Kirikou Evénement  (AKE). Cette association met sur le devant de la scène régionale la diversité des cultures du monde et oeuvre activement contre le racisme et les discriminations en Midi-Pyrénées.

Parce que je suis moi-même issue de plusieurs origines, je suis sensible au métissage des cultures. Je connais la discrimination pour l’avoir vécue en tant qu’Indienne à Madagascar.

J’ai été touchée de les voir tenir leurs engagements. Et ce, vis-à-vis de tous les pays. C’est ainsi, que tout naturellement, je suis devenue chargée de communication bénévole…

LVER : cela fait beaucoup d’activités… Je t’ai vue donner des cours gratuits d’Afroglow durant Toulouse Plages !

C. : je pratique effectivement L’Afroglow® dance, c’est un nouveau concept des danses issues de l’Océan Indien et d’Afrique : un cocktail de Sega, de Tsinja, de Maloya, d’Azonto, de Coupé décalé… Un véritable voyage culturel à travers les danses de l’Océan Indien et de l’Afrique.
Tout le monde peut glower, c’est à dire danser l’Afroglow.  C’est une danse accessible à tous. L’Afroglow a été inventée par Jeannot Randroso, un chercheur dans l’âme, un Malgache passionné de danse et de culture africaine. C’est aussi une histoire d’amitié : j’ai rencontré Queen Kawitchize par l’association Kirikou événement lutte contre la discrimination.

Le feeling passait tellement bien que je lui ai proposé de rencontrer le créateur de l’Afroglow que j’ai eu l’occasion de croiser lors d’un show à Paris. La Queen Kawitchize, danseuse confirmée en danse kawitch (une danse malgache) est ensuite  devenue, après une formation à Paris, la première  instructrice de l’Afroglow dans le Sud de la France. Quant à moi je suis officiellement l’organisatrice de cet événement sur Toulouse.

Pratiquer l’Afroglow est important pour moi et trouve ses racines dans mon histoire. A l’âge de 10 ans, pour palier à l’absence de ma mère, je me suis accrochée à la danse. Ma maman était une bonne vivante et aimait danser. Je partageais cette passion avec elle. A sa mort, ma grand-mère a poussé mon père à m’interdire de danser. La tradition religieuse voit d’un très mauvais œil la danse pour les femmes là-bas. La France me donne la liberté de danser.

La prochaine représentation d’Afroglow aura lieu le 20 septembre
à l’occasion d’un gala humanitaire au profit des enfants orphelins
organisé par le photographe Tran Dac-Phat et toute son équipe à la Salle du confluent (Portet-sur-Garonne).
Pour nos autres dates de représentation au Barnum et à El Divino, merci de  nous suivre sur ma page Ish&lane.

Chamila sur le web, c’est :

  • 1 boutique
  • 1 site de voyage
  • « Pour ceux qui veulent découvrir ce beau pays, qu’est Madagascar, je propose également des circuits à la carte ou prédéfinis avec prise en charge dès l’aéroport. Je laisse les futurs explorateurs acheter leur billet d’avion mais il n’est pas exclu que je puisse les aider pour réserver. »
  • 1 compte Twitter @IshLane

Chamila dans la vi(ll)e en rose, c’est aussi :

Une expression made in Toulouse ?

« Je te/vous prie … » J’aime cette expression car elle évoque la convivialité et cela me correspond très bien. J’adore qu’on le prononce avec l’accent toulousain : « passe-moi le pain je te prie ! » J’aimeee !

Une personnalité toulousaine ?

Claude Nougaro… et particulièrement sa chanson : « Faut tourner la page« 

Un bar-resto ?

En centre-ville, Le Patio de la table ronde situé dans la rue Pargamières à côté du couvent des jacobins ! Excellent avec un beau décor. On y mange des éventails de magrets de canard…humm !

Du côté du lac de Sesquières, j’aime aussi la Voile Blanche avec sa décoration exotique blanche et aquatique. J’y passe de superbes soirées dépaysantes en été.

Un lieu à Toulouse ?

Le square Charles de Gaulle… Je m’assois souvent près du grand jet d’eau. Le bruit que cela fait me rappelle la mer. Le must est d’observer les passants, ce qu’ils dégagent, leurs looks… Rester discrètement au milieu de tout ce beau monde  m’inspire dans ma créativité…

Un après-midi à Toulouse ?

J’aime longer toute la rue Saint Rome pour voir les tendances des magasins. Puis je m’arrête prendre un verre au Florida. S’il fait chaud je poursuis chez le glacier Amorino bien sûr ! Et je finis sur la place de la Daurade…

Un plat ?

Le magret de canard ! Hummm !

Un lieu qui mérite d’être connu ?

Tournefeuille car c’est là où j’ai atterri la première fois de Madagascar. Plus précisément Le lac de la Ramée. Ce n’est pas dans Toulouse mais j’adore cet endroit. La beauté et la sérénité du paysage à travers les saisons… Faire le tour du grand lac, à pied ou en courant…

Un message ?

J’adore cette citation : « Le Bonheur dépend de l’attitude envers la vie et de la confiance intérieure… »
Quoi qu’il advienne, suivre son cœur. Avec du courage et de la volonté, le temps permet les réalisations.
Et je termine toujours par « Jamais sans Ish&Lane ! »

La Photo de Une appartient à Ish&Lane

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?