Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

Catherine Kauffmann-Saint-Martin : les musiciens au cœur

CKSM et Jean-Marc Andrieu-Rochemont@Lamodi

Cher-ère lecteur-trice de cet illustre webzine, comme tu l’as déjà appris dans nos pages, l’Orangerie de Rochemontès invite le public dimanche 20 novembre à assister à son 20ème et,  hélas, ultime concert de musique de chambre : À travers Clara.

Cath&cat©D.Taillefer

CKSM © Didier Taillefer

Le but de cet article n’étant pas de te faire gémir de regret de ne pas être allé-e suffisamment à l’Orangerie durant ces cinq belles années de programmation, je t’invite au contraire à la douceur du sentiment, pour toi-même d’abord car tu peux encore rattraper le coup en réservant ta place,  et comme disposition d’esprit pour accueillir l’interview qui va suivre.

Catherine Kauffmann-Saint-Martin fait partie de ces attachées de presse dédiées à leur mission, dont l’action est d’autant plus efficace qu’elles sont discrètes, et, qui se demandent quelle mouche nous pique à vouloir les connaître pour elles-mêmes. Femmes -le plus souvent-, de l’ombre -la plupart du temps-, elle mettent en lumière les autres, les artistes, ceux qui ont «quelque chose» à dire.

Ma rencontre avec la programmatrice de Rochemontès relève plus du dévoilement délicat et intime que de la promotion personnelle. Sa confiance m’a émue et attendrie, je dois te l’avouer, cher-ère lecteur-trice, et je choisis de te livrer un entretien dont la longueur inusitée pour moi doit beaucoup à la rareté de la confidence.

Catherine Kauffmann-Saint-Martin : j’ai passé ma vie dans le monde de la musique classique mais ce qui m’intéresse ce sont  les musiciens, ce sont les êtres humains.

La Vi(ll)e En Rose : vous êtes musicienne vous-même ?

CKSM : pas du tout. J’aimerais beaucoup savoir lire la musique, je n’ai jamais eu le temps d’apprendre. Je connais tellement de musiciens extraordinaires que je ne vois pas pourquoi j’irai assassiner les compositeurs, même si ça m’aurait fait plaisir de sortir trois notes d’un violoncelle.

LVER : comment est venue cette passion ?

CKSM : j’ai fait beaucoup de danse quand j’étais petite. J’aimais beaucoup Tchaïkovski. J’habitais Carcassonne et Toulouse. Puis, je suis allée à Paris.
J’ai fait des études de psychologie et une maîtrise de psychopathologie. Ce qui m’intéressait en dehors de la musique elle-même, c’était d’observer comment se passait un concert, ce qu’était une vie de musicien, de les rencontrer, de les apprécier, de voir aussi les différents caractères dans un orchestre. J’ai découvert la musique à travers les musiciens.

LVER : quelle voie professionnelle avez-vous suivie ?

CKSM : en 1972, je suis entrée à l’ORTF (Office Radiodiffusion Télévision Française) comme assistante de réalisation. On y faisait toutes sortes d’émissions, aussi bien les Maigret, que Maritie et Gilbert Carpentier, des émissions politiques ou scientifiques. J’ai rencontré Sting mais aussi Casimir et Hippolyte (rire).
Il y avait trois chaînes seulement, mais la première chaîne donnait des concerts de musique classique qui duraient deux heures. On me proposait souvent sur le planning des assistantes de réalisation et des scriptes de ces émissions.

LVER : c’était une époque incroyable pour la musique classique à la télévision…

CKSM : oui, j’ai rencontré des solistes extraordinaires comme le grand violoniste Isaac Perlman et tous les grands chefs d’orchestre qu’on voyait dans les années 70 à 90. J’ai fait des Grands Échiquiers avec Jacques Chancel… Pendant vingt-cinq ans j’ai participé à énormément d’émissions sur la musique classique, avec d’immenses réalisateurs.
J’ai aussi fait une série d’émissions qui s’intitulait Pour ceux qui aiment…  Bach, Beethoven, Vivaldi… On a tourné à Venise sur les pas de Vivaldi avec des musiciens comme le violoncelliste Frédéric Lodéon. On montrait des lieux fermés au public. Pour Beethoven, Gérard Depardieu disait des textes et Anne Queffélec jouait dans les salons du Sénat. C’était sur TF1 à 20 h 30 !
Cela a duré vingt-cinq ans mais les studios des Buttes Chaumont ont été vendus en 1992.  Avec la disparition des grands studios, c’était la fin d’un monde pour moi. Il fallait que je tourne la page et je suis retournée à Toulouse dans mon pays.

LVER : comment s’est passé votre retour dans la ville rose ?

CKSM : j’y ai retrouvé ma mère, ma famille. On me disait «Tu es trop vielle, avec ce que tu sais faire, tu ne trouveras jamais de travail». J’avais 45 ans ! (rire) Alors, j’ai créé mon propre emploi. Je me suis installée comme attachée de presse indépendante.
Comme je venais de la télévision, France 3 m’a proposé une émission mensuelle, où les chefs cuisiniers de Midi-Pyrénées rassemblaient quelques personnalités autour d’eux. C’était De la terre à la table présentée par Jean-François Bataille. Dès le premier tournage, à Cahors, j’ai rencontré un mécène allemand le Dr Hereth, qui possédait le château de Montcuq et une collection incroyable d’instruments anciens, dont un Stradivarius. Il a créé le festival Été Musical dans la Vallée du Lot en 1996 et j’en ai été l’attachée de presse. Puis le festival Toulouse les Orgues est né et l’administrateur m’a proposé de m’en occuper aussi.
Toujours grâce l’émission De la terre à la table, j’ai rencontré le chef de chœur Patrick de Chirée qui lançait le festival Éclats de Voix en 1998 dans le Gers. Je me suis encore occupée du festival Piano Pyrénées
Petit à petit je suis devenue la seule attachée de presse de musique classique indépendante de la région.

LVER : et comment êtes-vous devenue programmatrice musicale à votre tour ?

CKSM : j’ai arrêté les festivals, car c’est devenu trop lourd pour moi, mais j’y ai rencontré de grands musiciens au fil des années. En 2011, les propriétaires de l’Orangerie de Rochemontès à Seilh, Christine Roaldes d’Huy et son père (descendants de Pierre-Paul Riquet, le concepteur du Canal du Midi) m’on demandé d’y organiser des concerts.
J’ai pensé à des concerts de musique de chambre, l’après-midi à 16 h 30, parce que le lieu est tellement beau qu’on peut en profiter avant ou après le concert. Je voulais toucher un public qui n’aime pas trop sortir le soir, aller au parking… Beaucoup de personnes âgées viennent à Rochemontès et j’en suis très fière. Ça leur permet de venir au concert très souvent en famille, avec les enfants. Après le concert, il y a toujours une dégustation d’un vin régional et de produits du terroir de la Ferme de Merville. Mais surtout on peut rencontrer les artistes et les organisateurs.
Le premier concert a eu lieu en janvier 2012 avec Les Passions de Jean-Marc Andrieu dans un concert justement dédié à Pierre-Paul Riquet. On a été débordé ! Il faisait mauvais temps et 200 à 250 personnes sont arrivées alors que la jauge est de 200 places.

LVER : quel choix de programmation avez-vous fait ?

CKSM : la musique de chambre ! En musique de chambre, ce sont avant tout des solistes, des duos, des trios. Nous avons accueillis des artistes très connus qu’on ne voit jamais à Toulouse dans ces configurations : David Grimal, Julia Kogan, Marc Coppey, Liana Gourdjia, le Trio Elysée, ma grande amie lituanienne Muza Rubackyté, Kotaro Futuma, un pianiste japonais venu en 2014 qui fait une belle carrière depuis.
J’ai programmé deux pianistes belges sur un coup de cœur en écoutant leur CD. Le Duo Solot n’était absolument pas connu. Un vrai coup de foudre, le public en parle encore.
Pour les artistes, c’est aussi le plaisir de jouer dans un beau lieu, avec une bonne acoustique, devant un public chaleureux et très proche. Il y a eu piano seul, piano violon, piano violoncelle, trio à cordes, flûte, flûte à bec, chant, guitare… Il y a une curiosité aussi de la part du public : c’était de la musique de chambre mais c’était toujours différent dans le choix des instruments et des répertoires.

LVER : pourquoi les concerts à l’Orangerie de Rochemontès s’arrêtent-ils avec ce 20ème concert ?

CKSM : je n’arrête pas parce que ça ne me plait pas, parce que je n’ai plus d’idée dans mon sac à malices, non j’adore ça. J’arrête parce que je n’ai pas d’argent pour continuer.
Les cachets des artistes, les charges, la Sacem qui représente plusieurs centaines d’euros à chaque concert, la régie complète car il faut tout installer dans l’Orangerie, et les locations de pianos Steinway à Auch, les prospectus de l’imprimerie Trèfle… Même si tout le monde concède des prix d’amis, je n’ai jamais pu payer l’administrateur, Pierre Bernard qui est resté un généreux bénévole, comme mon amie Charlotte qui préparait de délicieux repas. Les artistes ont été d’une grande générosité également. Le public est fidèle. J’ai reçu beaucoup d’emails d’encouragements,  de «dommage» et de «pourquoi».
J’ai une équipe de bénévoles extraordinaire mais j’ai passé tout de même quelques nuits blanches à m’angoisser pour l’équilibre économique des concerts. On aurait pu mettre les billets plus chers, mais je voulais que tout le monde puisse assister à ces concerts. L’argent… je sais le dépenser pour l’art, pour la musique, pour offrir au public ces merveilleux moments. C’est un métier d’aller chercher les sous… je ne sais pas faire, je sais faire autre chose (sourire).

LVER : juste après le 20ème concert, vous proposez aux mélomanes de rester encore, pour partager un moment musical unique…

CKSM : oui, à 19 h 30, il y aura un concert de soutien dont les recettes permettront de clôturer correctement les comptes de l’association qui a porté ce projet pendant cinq merveilleuses années. Je crois que l’amitié est une valeur suprême. Il y aura des musiciens exceptionnels et tous sont très contents de venir nous soutenir.
François Castang, dont la voix est bien connue des auditeurs de France Musique et qui est un ami de longue date, revient faire le Monsieur Loyal de la soirée et dire des textes, accompagné du pianiste de la Maîtrise de Radio France Jérémie Honoré. Thierry Huillet et la violoniste Clara Cernat nous offriront une création, la soprano Magali Léger sera là aussi… Ils seront dix-sept !  Je ne peux pas tous les citer, mais le programme est remarquable. Tous ces merveilleux artistes viennent généreusement, certains de Paris, d’autres de plus loin.
Pour le final, nous avons programmé la fameuse Barcarolle des Contes d’Hoffman d’Offenbach et le public sera invité à chanter en chœur… Attention à bien se préparer !

LVER : vous aimez rebondir avec panache ! Quels sont vos nouveaux projets ?

CKSM : je continue toujours à travailler avec Les Passions et avec la grande pianiste Muza Rubackyté. Et pour tout vous dire, nous avons une petite maison à Gruissan et j’adore y aller. J’ai besoin de voir la mer… je crois que j’ai mérité d’aller voir la mer et les flamants roses !

Pour rappel : 

Dimanche 20 novembre 2016 à 16 h 30
Concert À travers Clara

Dimanche 20 novembre 2016 à 19 h 30
Concert de Gala

OrangerieRochemontès©Michel Roubinet

L’Orangerie de Rochemontès la nuit @Michel Roubinet

Photo de Une : CKSM et Jean-Marc Andrieu à Rochemontès @Lamodi
Marion Richard novembre 2016 pour la Vi-ll-e En Rose

Tu aimeras sûrement aussi...

Pas de commentaire

Un commentaire à faire ?