Good News for you, we give more choice to read good articles, such as: about Abercrombie UK Clothing:Abercrombie UK,about Hollister Clothing UK:Hollister Outlet UK,about Burberry UK:Burberry outlet uk,About Louis Vuitton fr:Louis Vuitton Pas Cher,about canada goose canada:canada goose outlet,ralph lauren fr:ralph lauren pas cher,moncler fr:moncler pas cher, and moncler uk:moncler outlet,ralph lauren uk:ralph lauren outlet online,Polo Ralph Lauren fr:Polo Ralph Lauren Pas Cher,moncler fr:moncler jackets,Hollister fr:Hollister Pas Cher,Louis Vuitton uk:Louis Vuitton outlet UK. Best canada dvd shop Every people like beautiful things, but they donot know how to different.Today, we just show you some good articles to let you know more about beautiful things. first is ralph lauren sale uk, and ralph lauren soldes fr. about winter coats moncler outlet uk, and canada goose outlet canada direct,canada goose uk outlet clothing.doudoune moncler pas cher moncler fr, and goose ca canada goose sale. When you want watch tv, you can buy cheap dvd us,dvd Australia. Play golf, you can visit cheap golf clubs, Golf Sale uk. Women will like fashion bags, Louis Vuitton Outlet UK, and fr Sacs Louis Vuitton Pas Cher, and beats headphone uk cheap beats by dre, fashion clothing hollister outlet uk, and vêtements pas cher Hollister Pas Cher, hollister outlet uk, burberry uk Burberry Outlet. How it popular? we should let you know more information about beautiful things, please read carefully and get some useful things!
Beats By Dre Black Friday Beats By Dre Canada Hollister UK Michael Kors outlet uk ugg pas cher New Balance pas cher new balance 574 pas cher new balance canada New Balance Trainers New Balance Trainers New Balance shoes north face canada north face outlet Isabel Marant Sneakers ugg pas cher Ralph Lauren Paris Ralph Lauren Canada

Laisse-toi écrire : l’atelier de juin 2016

UNE_atelier_LVER_juin2016

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous… chelous » [Sean Paul Eluard]

Toi qui prends ou qui a déjà pris au moins une fois le métro, le bus ou le tram dans la ville rose, tu vois de quoi je veux parler.
De ces moments hors du commun dans les transports en commun. De ces tête-à-têtes citadins parfaitement inédits… Jusqu’à aujourd’hui ! Car oui, aujourd’hui, tu vas nous raconter (en commentaire de ce billet) la rencontre qui a marqué ton quotidien de Toulousain : la plus bizarre-fendard-notoire- incroyable- improbable-bien aimable-dérangeante-amusante-épatante (raye les mentions inutiles)…

Et pour hisser haut tes souvenirs de Tisséo, je t’invite à écouter les histoires extraordinaires de la vie ordinaire de Marie, cette blogueuse parisienne qui se déchaîne sur Youtube dans des vidéos random au petit nom fleuri d’instant inutile.

* Merci et à ton clavier, tu seras bien urbain *

Nathalie Gautreau

Tu aimeras sûrement aussi...

4 Commentaires

  • Répondre jiraya shado fong 9 juin 2016 at 22 h 03 min

    Titi dans le métro

    Mon histoire dans le métro Toulousaing, comme on dit si bien par chez nous, je m’en rappelle comme si c’était hier.
    C’était un mardi…. Heu, non… un dimanche… haaa, non plus… bon en tout cas c’était un jour du mois de Mai… à moins que ce ne soit en Mars… Oui bon… c’était un jour quoi !
    Voir une nuit…
    J’étais assis là tranquille à attendre que la rame daigne arriver, afin que je puisse arriver dans mon quartier, chez moi au quatrième à droite après l’escalier. Et là mine de rien, je viens de vous faire une phrase avec pleins de rimes en « er ».
    Bon bref j’attendais sagement perdu dans mes pensées, quand arrive un type tout maigre, portant un jean noir ou je n’aurais même pas pu mettre un auriculaire tellement il était serré. Il portait un tee-shirt lui aussi noir, avec une grosse tête de mort dessus, ses cheveux était si long que la princesse coincée du haut de sa tour et qui jette sa crinière au preux chevalier venu la sauver de l’infâme dragon ressemblait à Sinnead O’Connor à coté de lui. Mais je m’égare… sur ses oreilles était vissé un casque stéréo dont les écouteurs étaient aussi gros que des paraboles. Et il avançait tel un zombie tout droit sorti du cimetière, quand il s’arrêta près de moi, écarta les cheveux qui lui tombait sur les yeux tombe ses paraboles sur le cou et me demanda d’un air désabusé :
    – Ouais man, c’est bien le métro qui va à la vache steuplé ?
    Bon, ok, le bonjour on oublie, bon pas grave hein, en même temps je n’ai pas envie de m’éterniser à une grande conversation avec lui alors je lui réponds avec mon air le moins aimable :
    – Bah ouais quoi !
    – Ha ok mec… merci…
    Puis il remit son casque, ses cheveux et se tourna devant la vitre du métro, comme ça, et il ne bougea plus. Telle une statue de cire.
    J’avoue que sur le moment, je suis resté pantois tout de même, bref.
    Et soudain, la porte de l’ascenseur s’ouvre et la… un scaphandrier sort de la boite comme un lapin du chapeau.
    Il avance difficilement une corde à la main, et un tuyau qui lui sert pour respirer le suivant comme son ombre.
    CHKLANG…. CHKLONG… CHKLANG…. CHKLONG… (Oui ça fait ce bruit la un scaphandrier qui peine à avancer !)
    Il s’arrête car le tuyau est tendu, tire deux coups sur la corde, et reprends sa marche… sympa, ses potes ont du lui donner du mou…
    CHKLANG…. CHKLONG… CHKLANG…. CHKLONG…
    Il arrive à ma hauteur, se tourne vers moi et me dit :
    – Mugru fmuuu gruuumf grommpf
    – Heu, mais, comment dire… je ne comprends pas la !
    – Mugru fmuuu gruuumf grommpf
    – D’accord, mais en fait, c’est la même phrase, donc je ne la comprends toujours pas !
    Et la, il commence à gesticuler dans tout les sens, l’air agacer et s’éloigne en hurlant :
    – Mugru fmuuu gruuumf grommpf

    CHKLANG…. CHKLONG… CHKLANG…. CHKLONG…

    Tirant toujours sur la corde au fur et à mesure qu’il avance pour avoir du mou à son tuyau.
    Et je reste une fois de plus pantois…

    Bon, bon, bon…

    Quand enfin arrive-la rame de métro… délivrance, je vais enfin pouvoir me sauver de cette station de fous.
    Je me lève afin de m’approcher de la porte,
    PCHIIIIIIIIIII (ça c’est les portes qui s’ouvrent, oui je sais, je suis balèze en bruitage.)
    Et la… impossible de monter… un milliard de petits Zgloub sortent de la rame en gloussant :

    – POULOU POULOU…. POULOU POULOUUUUU

    Mais qu’est-ce un Zgloub me demanderez vous ? Et bien ce sont des espèces de petites bestioles bizarres qui ressemblent à des médiators de guitare avec deux bras et deux jambes une espèce de toupie en guise de bouche, certainement pour nous hypnotiser et deux gros yeux maquillés comme les stars de la téléréalité… et toutes ces bestioles courent vers moi toujours en gloussant :

    – POULOU POULOU…. POULOU POULOUUUUU… POULOU POULOU…. POULOU POULOUUUUU

    Je tente de me protéger du mieux que je peux, en leur feulant dessus comme un chat, mais ça ne les impressionnent guère… elles sont de plus en plus… j’ai peur je tente de fuir, mais elles sont partout alors je hurle et là ….
    Je me réveille en sueur dans mon lit !
    Pfiouuu faut vraiment que j’arrête de manger de la raclette le soir moi ça me réussis pas le gras !
    shado

  • Répondre melusiane 12 juin 2016 at 2 h 44 min

    J’aime bien le métro. C’est rapide, facile, ça peut être joyeux, parfois… ce soir là, je rentrais d’un moment au Centre ville, c’était le plein été, et il y avait un spectacle son et lumière sur les murs du Capitole. L’air était encore très doux, il était pourtant plus de minuit ! la ville était animée, comme elle peut l’être l’été avec les étudiants qui fêtent leurs diplômes, les touristes venus visiter la région et ne pouvant pas échapper à une petite halte dans une des brasseries sous les arcades, bain de foule obligatoire pour tout passant « toulousaing » qui se respecte. A la fin de mon son et lumière miniature, tu parles, ça dure ½ heure… la foule baguenaudante se replie vers le métro Jaurès ou Capitole, pour regagner ses pénates banlieusardes ou un peu éloignées du centre ville.
    A l’époque, j’étais vraiment une toute nouvelle toulousaine, depuis un ou deux mois dans la ville Rose, la ville que j’avais élue comme la plus belle du monde. (je n’ai pas changé d’avis depuis… ! ) je m’étonnais toujours de la joie de vivre qui régnait ici, des « avec plaisir » qu’on te répondait lorsque tu disais merci, l’accent chantant des indigènes, et de ces rues qui vivaient vraiment, qui vibraient, même sous les pas des toulousains. Et son métro…. Loin de l’ambiance du métro parisien ou marseillais (je ne connais pas celui de Lyon…. ! ) ce métro toulousain est à l’image de la ville : vivant. Ça grouille de personnes de tous genres. Mélangées, mêlées, même, dans une même attente : celle de la rame. Les couloirs bruissent et s’animent de rires, de cris, et ce soir là, il y avait plus. Il devait y avoir eu un concert aux alentours, peut être à l’opéra. Il y avait beaucoup de musiciens sur le quai, ce soir là, encore en tenue de « pingouin », avec leurs instruments bien rangé dans leurs étuis, et toute leur énergie semblait avoir fondu dans leur art délivré un peu plus tôt pour un public plus ou moins attentif. Dans le brouhaha des couloirs encore très animés, un chant montait. Ce chant, je le connaissais bien, il s’agissait d’un air de l’opéra de Mozart, la Flûte Enchantée. J’ai une passion pour cet opéra (et pour Mozart aussi), mais ne nous égarons pas ! forcément, je cherchais des yeux d’où pouvait venir ce chant, quasi magique dans un endroit aussi insolite qu’un quai de métro… puis je le vis, ce ténor, qui marchait à 10 pas devant moi, en chantant à tue-tête l’air de Tamino de la Flûte, où Tamino déclare sa flamme à sa promise devant un portrait puisqu’il ne l’a encore jamais vue… Mais quelle voix !!!! j’ai tout d’abord cru qu’il s’agissait d’un chanteur de l’opéra de Toulouse… je me disais que non, un chanteur de l’Opéra ne pouvait pas quitter la scène, se rhabiller en « civil », et rentrer en métro en chantant un air comme si il était sur scène ! Mon bon sens m’empêchait de valider cette hypothèse !!! Je pense maintenant qu’il s’agissait d’un spectateur mélomane et averti possédant une très belle voix qu’il a laissé s’échapper dans l’espace et l’acoustique adéquate d’un quai et d’un couloir de métro… le temps s’est suspendu pendant son chant, ses aigus de ténor ont percuté et renvoyé sur les voutes les ondes de sa voix, et la magie de Mozart a opéré… Quand l’air s’est terminé, quelques applaudissements ont retenti, mêlés de sifflets (admiratifs) et l’homme est retourné à son anonymat… je ne saurai jamais qui il était, juste un « passant » , un de ceux qui perpétue le génie du grand homme, et ce soir là, en rentrant chez moi, je me suis empressée de réécouter pour la énième fois cet opéra, fable maçonnique et philosophique, une des œuvres les plus belles du Génie du siècle des lumières.

  • Répondre montalieu 14 juin 2016 at 0 h 00 min

    Voici mon petit métro à moi….

    Le Roméo du métro

    Métro Balma
    Direction ligne B
    Il fait encore le zouave

    Aux Argoulets
    Elle apparaît
    Il en est chamboulé

    A Jolimont
    Elle lui sourit
    Et fait ça joliment

    A la Roseraie
    Il hésite
    Jamais il oserait

    A Marengo
    Gare
    Ses cop’s le raillent

    A Jaurès
    Adieu ligne B
    Roméo désinhibé

    Au Capitole
    Capulet et Montaigu
    Elle capitule.

    Dominique MONTALIEU
    Extrait de « Aux bons soins d’Epicure » mai 2013

    • nathalie gautreau
      Répondre nathalie gautreau 12 juillet 2016 at 18 h 36 min

      Excellent ! Merci Dominique pour ce métroème, j’aime ! <3

    Un commentaire à faire ?